Publié le 20 Jun 2024 - 14:02
MUTINERIE AU CAMP PÉNAL LIBERTÉ 6

Une fouille ''irrespectueuse'' de la chambre 8 à l'origine de la rixe

 

Une mutinerie qui a causé beaucoup de dégâts matériels et des blessés a éclaté, hier, à la prison du Camp pénal de Liberté 6. À l'origine de ce grabuge, la fouille ''irrespectueuse'' de la chambre 8, accusent les détenus. La direction de l'Administration pénitentiaire évoque, elle, un refus de se soumettre à l'appel nominatif qui est une mesure de sécurité obligatoire.

 

Installé vendredi dernier par le ministre de la Justice Ousmane Diagne, l'inspecteur Aliou Ciss, le nouveau directeur général de l'Administration pénitentiaire, ne s'attendait pas à ce que son premier dossier brûlant soit une mutinerie survenue en début de matinée d'hier à la prison du Camp pénal de Liberté 6.

Dans les vidéos partagées sur les réseaux sociaux, le chaos est visible. Des chambres saccagées, des objets et vêtements brûlés dans la cour, des prisonniers blessés à la tête et aux bras. D'autres images montrent des prisonniers, dans la cour, lançant des bols et divers autres objets aux gardes pénitentiaires. On y entend également des insultes adressées aux hautes autorités.

Les vidéos étant devenues rapidement virales. Plusieurs thèses explicatives ont circulé dans la journée. Il a d'abord été question de la drogue (chanvre indien) trouvée dans des chambres. Mais des prisonniers ayant témoigné dans des audio qui ont fuité réfutent cette thèse. "Ils [les gardes pénitentiaires] sont venus fouiller les gens dans la chambre. Nous n'avions pas refusé. Mais ils ont commencé à piétiner les bagages, créant un véritable chaos, un désordre total. Le café, le sucre, le couscous ont été jetés par terre. C'était du vrai je-m'en-foutisme. Même nos ‘khassidas’ n'ont pas été épargnés. C'est ce qui nous a déplu’’, a témoigné un prisonnier très en colère.

‘’Nous voulons seulement être respectés comme des êtres humains. Il y a des choses que le bon sens ne tolère pas. Nous sommes des êtres humains, en plus d'être des Sénégalais. Qu'on respecte notre dignité humaine. Même dans les rigueurs carcérales, cela est intolérable. Il y a ici des gens qui purgent des peines de 20, 30 ans, mais qui les vivent dans la dignité. Ils n'ont jamais tenté de s'évader. Donc, qu'on nous laisse en paix. Mais au lieu de cela, ils jettent des grenades lacrymogènes dans des chambres fermées. Vous imaginez les dégâts ? Des gens se sont évanouis, d'autres se sont blessés. On souffre", a-t-il ajouté.

Pour calmer les tensions, le ministre de la Justice, informé de la situation, s'est déplacé sur les lieux pour constater de visu et parler aux concernés. À sa sortie, bien que la situation soit revenue à la normale, Ousmane Diagne n'a pas fait de déclaration à la presse.

La version des gardes pénitentiaires

À la place, c'est la direction de l'Administration pénitentiaire qui a publié un communiqué pour donner sa version des faits.

Selon elle, les images et vidéos provenant de l'intérieur de cet établissement pénitentiaire, "frauduleusement" filmées par les détenus, résultent d'un incident survenu après que les pensionnaires de la chambre 8 ont "refusé" de se "soumettre" à l'appel nominatif, une mesure de sécurité obligatoire.

"Ils ont ensuite délibérément mis le feu à leurs effets de couchage. L'Administration pénitentiaire précise que la situation a été rapidement maîtrisée par le personnel en service. Aucun blessé n'est à déplorer, encore moins une perte en vie humaine. Cependant, une enquête sera ouverte pour déterminer l'origine des téléphones qui ont filmé et partagé ces scènes de violence. Par ailleurs, l'Administration pénitentiaire invite les détenus et l'opinion publique à respecter les dispositions sécuritaires régissant le fonctionnement des établissements pénitentiaires", précise le communiqué.

Les chantiers de l'inspecteur Aliou Ciss à la tête de l'Administration pénitentiaire

Lors de sa cérémonie d'installation, le nouveau directeur général de l'Administration pénitentiaire avait promis de ne ménager aucun effort pour œuvrer à la sécurisation des établissements pénitentiaires et à la préparation à la réinsertion sociale des détenus. Premier directeur issu du personnel pénitentiaire, il avait soutenu que sa priorité serait de placer l'humain au cœur de son action, en s'efforçant d'améliorer les conditions de détention et de préparation à la réinsertion sociale, de renforcer les capacités opérationnelles du personnel et de revaloriser la fonction pénitentiaire.

"Nonobstant les progrès réalisés, le système pénitentiaire sénégalais souffre de problèmes spécifiques liés aux longues détentions provisoires, à la surpopulation carcérale, à la vétusté et à l'inadaptation de l'architecture carcérale ainsi qu'à l'inadéquation entre la capacité d'accueil des établissements pénitentiaires et l'effectif carcéral. S'y ajoutent la faible application des peines alternatives à l'incarcération, l'insuffisance du personnel pénitentiaire et le manque de personnels spécialisés, conformément aux règles minimales pour le traitement des détenus, dénommées ‘Règles de Nelson Mandela’. Fort de ce constat, je vous annonce la mise en place prochaine d'un plan stratégique prenant en compte les réformes juridiques et tous ces aspects ainsi que l'amélioration des conditions de travail du personnel", avait-il promis.

CHEIKH THIAM

Section: 
MIGRANTS SÉNÉGALAIS AU MAROC
CAISSE DE SÉCURITÉ SOCIALE
ENSEIGNEMENT : L’État rationalise les instances administratives
ALIOUNE NDOYE, MAIRE DE DAKAR PLATEAU : ‘’Si l’État veut qu’on arrête, qu’il nous le notifie de manière officielle’’
KOLDA / DANGER PONT DE HILÈLE : Des boulons volés, le gouverneur lance la traque
ESCROQUERIE ET CHARLATANISME : Le marabout récidiviste a promis de démultiplier les 150 millions d'un mareyeur
ARRESTATION DE MAMADOU BILLO BAH ET D’OUMAR SYLLA EN GUINÉE : L’association Tournons la page Sénégal broie du noir
NOMINATIONS DU NOUVEAU RÉGIME : Quand et qui pour Matam ? 
PLACE DES FEMMES DANS LES FORCES ARMÉES : Ces défis qui attendent le Sénégal
SAISIES RECORD DE COCAÏNE À KOUMPENTOUM : En 5 mois, la douane a mis la main sur 721 kg de cocaïne  
MOBILITÉ INNOVANTE AU SÉNÉGAL : Des véhicules 100 % électriques arrivent
PASSATION DE SERVICE : La feuille de route du nouveau DG du Cices
Kafountine
RÉFLEXIONS SUR UNE BIENNALE DE L’ART AFRICAIN CONTEMPORAIN REPORTÉE : Le  OFF du Dak’ART 2024 du LebergerdelîledenGor : LA LIBERTÉ DE SE DÉPLACER
EXPLOSION DE BONBONNES DE GAZ 90 % des cas sont dus à la qualité des brûleurs
PROJET EFFORT À THIÈS : La quête de l’emploi décent pour les femmes et les jeunes
DRAME À KAFFRINE : Le policier se serait tiré une balle dans la tête
Accident tragique
Crise au Sahel
POUR ÉVITER LES TRANSITIONS ANTIDÉMOCRATIQUES EN AFRIQUE : Wanep implique les jeunes dans la réflexion