Publié le 20 Apr 2024 - 10:37
DE LA QUESTION DU BOM

EVOLUTION INSTITUTIONNELLE ET DEFIS

Monsieur le Président de la République, Son Excellence Diomaye Faye, votre projet de moderniser nos institutions publiques n'est pas du tout nouveau ou inédit.
Ill est bien effectif au Sénégal depuis très longtemps.

Les gouvernants qui vous ont précédé ont en effet beaucoup travaillé sur cette question.
Le vrai défi aujourd'hui est juste de veiller à renforcer les mécanismes de gouvernance et de gestion existants pour les rendre plus opérationnels et efficaces.

En 1968, le Président de la République du Sénégal, Léopold Sédar Senghor, soucieux d’instaurer une Administration structurée et efficace apte à accompagner le développement économique et social de la jeune nation sénégalaise, a mis en place, à travers la circulaire n° 86/PR du 1er octobre 1968, une structure d’étude, d’analyse, d’assistance et de conseil dénommée Bureau Organisation et Méthodes (BOM), en ancrage au Secrétariat général de la Présidence de la République.
Au regard de l'évolution du contexte et des changements d'orientation, la trajectoire institutionnelle du Bureau Organisation et Méthodes (BOM) a conduit à des appellations et ancrages institutionnels différents.

Voici les moments forts de son évolution institutionnelle.

En 1992, l'émergence du nouveau management public inspire les décideurs. La Délégation au Management public (DMP), créée par le décret n° 92-658 du 15 avril 1992, remplace le BOM. Elle est rattachée au Ministre délégué auprès du Premier Ministre, chargé de la Modernisation de l’État. Cet ancrage ne changera pas avec la création du ministère de la Modernisation de l'Etat.

En 2008, les orientations s'enrichissent des préocupations relatives à la formation continue des agents de l'Etat. La Direction de l'Assistance technique (DAT), gestionnaire des offres de formation de la coopération internationale est ainsi rattachée à la DMP dans une nouvelle organisation dénommée Délégation à la Réforme de l’État et à l’Assistance technique (DREAT). Celle-ci est créée par le Président Abdoulaye Wade, sous le décret n° 2008-182 du 28 février 2008 qui la rattache au Secrétariat général de la Présidence de la République.

En 2012, pour renforcer et marquer les attentes relatives à la modernisation de l'administration, le Président Macky accorde le statut de délégation générale à l'institution qui devient Délégation générale à la Réforme de l’État et à l’Assistance technique (DGREAT). Cette décision est matérialisée par le décret n° 2012-1223 du 5 novembre 2012 portant répartition des services de l’Etat et du contrôle des établissements publics, des sociétés nationales et des sociétés à participation publique entre la Présidence de la République, la Primature et les ministères.

La DGREAT est notamment chargée de :
- veiller à l’adaptation permanente de l’organisation des services des secteurs public et parapublic et des collectivités locales ;
- développer dans l’Administration publique la culture de responsabilité, de transparence et de performance ;
- coordonner la politique de coopération technique.

En 2013, le BOM est restauré à la faveur du décret n° 2013-1225 du 04 septembre 2013  portant répartition des services de l'Etat et du contrôle des établissements publics, des sociétés nationales et des sociétés à participation publique entre la Présidence de la République, la Primature et les ministères.

Par la suite, conformément à un nouveau décret pris par le Président MackySall (n° 2016-300 du 29 février 2016 portant création et fixant les règles d'organisation et de fonctionnement du BOM), des innovations majeures ont été apportées. Il s'agit notamment du détachement de la Direction de l'Assistance technique (DAT), du renforcement de ses missions avec la promotion de la Gestion axée sur les Résultats (GAR) et enfin de son organisation en pôle en lieu et place des directions.

NOTA BENE

Dans ses nouvelles prérogatives, le BOM est principalement chargée de :
- veiller à  l’amélioration continue des performances de l’Administration publique, à travers l’adaptation permanente de l’organisation des services administratifs aux mutations de l’environnement économique social et technologique.
- coordonner la mise en œuvre de la politique de formation permanente des agents de l’Etat.

Dans cette optique, il a été élaboré une stratégie de modernisation de l’administration publique appelée schéma directeur. Ce document décline les axes de réforme à entreprendre pour une plus grande efficacité de l’action publique, l’enjeu principal étant de développer une administration orientée vers la performance en vue de la satisfaction des besoins des citoyens.

C'est dans ce cadre qu'en Août 2019, le Président Macky Sall a procédé au lancement officiel du Programme d'Appui à la Modernisation de l'Administration (PAMA). La cérémonie s'était tenue au CICAD de Diamniadio.

Le PAMA vise notamment à permettre à l'administration sénégalaise de mieux répondre à ses missions de service public et de développement. Son but principal est de donner à notre systeme administratif un rôle de moteur dans le processus d'émergence.

Que retenir ?

Le Sénégal a connu de beaux moments de transformations structurelles, dans les domaines économiques et socioculturels.
À vous de veiller à ne jamais rompre la belle dynamique de sa trajectoire de développement, en poursuivant avec plus efficacité la mise en oeuvre des politiques de dévotion, dans une démarche inclusive, innovatrice et pragmatisme.

N'oubliez jamais qu'à l'état actuel de l'évolution du monde, particulièrement du Sénégal, RIEN NE PEUT SE CRÉER ET NE SAURAIT ÊTRE CONSIDÉRÉ COMME INÉDIT.

AYA DIOP
Secrétaire Exécutive de Réussir Ensemble un Meilleur Avenir (REMA)

Section: 
Espagne/Migration circulaire : Des Sénégalais exploités dans les champs d'Albacete.
Ousmane Sonko Mbeubeuss est-elle urgence du PROJET ?
Notes de lecture sur le livre du Professeur Makhtar Diouf : AFRIQUE : VOIES DE DEVELOPPEMENT. Surmonter les pesanteurs et… 
LETTRE OUVERTE À SON EXCELLENCE, MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, CONCERNANT LES RELATIONS ENTRE LE SÉNÉGAL ET ISRAËL
Recevoir un Ambassadeur, un acte normal, ordinaire pour toute autorité de la République
Doyen Alioune Tine, vous permettez
Monsieur le Premier Ministre, vous avez mieux à faire Nous avons besoin d’un chef de gouvernement pas d’un chef de clan ou de guerre
Faut -il criminaliser l’homosexualité ?
LA BCEAO PASSE ENCORE UNE FOIS Â COTÉ DE L'ESSENTIEL : IL URGE DE D'ORGANISER LES ASSISES DE LA MONNAIE DANS L'UEMOA
Inédit et rassurant … la CITY valide le PROJET
UN EXTRAIT DU LIVRE DU DOYEN ALLA KANE SUR LES PROBLEMES FONCIERS : « Les Problèmes fonciers au Sénégal : un imbroglio tenace Quelle solution ? »
Haute autorité de la justice
le régime  de l’APR dans une phase d’ENTROPIE
UNITÉ, CRITIQUE, UNITÉ EN NOTRE SEIN POUR CONSOLIDER ET PARACHEVER LA VICTOIRE DU POUVOIR SOUVERAINISTE AU SENEGAL
Contribution ouverte aux Assises de la justice sénégalaise
LE FINANCEMENT DE L’AGRICULTURE : UN MAILLON IMPORTANT POUR ATTEINDRE LA SECURITE ALIMENTAIRE ET CONTRIBUER A LA CREATION D’EMPLOI A TRAVERS L’ENTREPRENARIAT
LA JUSTICE AU SENEGAL : Réformer ou refonder ?
L’Etat et la révolution citoyenne
L’EXORDE & LE BATACLAN… : Saint-Louis : Sur des airs amers
Réformes intentionnelles et assises de la Justice : Monsieur le Président, gardons-nous de perdre du temps