Publié le 12 Apr 2012 - 08:13
CONTRIBUTION

Lettre du matin

 

   Un président s’en va
   Un autre arrive
   Le Sénégal est toujours là.
   Merci à celui qui est parti
   Bonne chance à celui qui s’installe
   Que la paix de Dieu vous accompagne tous les deux.

 

Pour guider ce beau bateau turbulent mais très stable de sa proue à sa poupe, de ses fonds à ses flancs il faudra s’accrocher aux vertus fondamentales et respecter les lumières qui sourdent du secret de son sol.

 

C’est pourquoi, celui qui le dirige a des chantiers immenses plantés de défis.

 

Le premier chantier du prochain quinquennat ne peut être inauguré que par un geste fort, symbolique d’un renouveau puissant de citoyenneté.

 

Ce n’est pas baisser le prix du riz, de l’huile ou de l’essence, ce n’est pas nommer des cadres reconnus, il y en a toujours eu, c’est, soigner la grande plaie qui enrage la nation et a fait toujours douter notre peuple : LA TRANSHUMANCE.

 

Beaucoup ont quitté les pâturages de l’ancien président il y a seulement combien de jours ?

 

D’autres se préparent à fabriquer des alibis et des «prêts - textes» pour trouver des planques que méritent des Sénégalais qui ont toujours été là où ils étaient en hivernage et en saison sèche ! Il ne faudra pas confisquer leur patience.

 

Il faut chasser les transhumants et décourager les candidats, pour que le Sénégal ait enfin des hommes politiques avec une assise idéologique historique et éthique. Pour que les gens apprennent à choisir et à rester dans leur option quelle que soit la direction du vent. Ils redeviendront ainsi des croyants authentiques.

 

Un homme qui a été allaité aux vertus de ce pays ne peut pas continuer à vivre comme une «MOUCHE» ou «UNE HYÈNE».

 

C’est cela que les Sénégalais réclament, ceux qui ont voté pour le nouveau président comme ceux qui ont voté pour le Sénégal.

 

Le courage que Macky Sall a eu d’affronter celui qu’il admirait - et qu’il continue d’admirer sans aucun doute – doit le pousser à combattre les gens sans vertu.

 

Il n’y a pas de sorcières à brûler car il n’y a pas de bûcher au Sénégal ! Sauf le bûcher de l’honneur où se sont immolées jadis des références de vertus !

 

Il y a assez de patriotes pour le défendre en cela.

 

Vive le Sénégal

 

Babacar Mbaye Ndaak

Fils du pays

 

Section: 
Ousmane Sonko Mbeubeuss est-elle urgence du PROJET ?
Notes de lecture sur le livre du Professeur Makhtar Diouf : AFRIQUE : VOIES DE DEVELOPPEMENT. Surmonter les pesanteurs et… 
LETTRE OUVERTE À SON EXCELLENCE, MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, CONCERNANT LES RELATIONS ENTRE LE SÉNÉGAL ET ISRAËL
Recevoir un Ambassadeur, un acte normal, ordinaire pour toute autorité de la République
Doyen Alioune Tine, vous permettez
Monsieur le Premier Ministre, vous avez mieux à faire Nous avons besoin d’un chef de gouvernement pas d’un chef de clan ou de guerre
Faut -il criminaliser l’homosexualité ?
LA BCEAO PASSE ENCORE UNE FOIS Â COTÉ DE L'ESSENTIEL : IL URGE DE D'ORGANISER LES ASSISES DE LA MONNAIE DANS L'UEMOA
Inédit et rassurant … la CITY valide le PROJET
UN EXTRAIT DU LIVRE DU DOYEN ALLA KANE SUR LES PROBLEMES FONCIERS : « Les Problèmes fonciers au Sénégal : un imbroglio tenace Quelle solution ? »
Haute autorité de la justice
le régime  de l’APR dans une phase d’ENTROPIE
UNITÉ, CRITIQUE, UNITÉ EN NOTRE SEIN POUR CONSOLIDER ET PARACHEVER LA VICTOIRE DU POUVOIR SOUVERAINISTE AU SENEGAL
Contribution ouverte aux Assises de la justice sénégalaise
LE FINANCEMENT DE L’AGRICULTURE : UN MAILLON IMPORTANT POUR ATTEINDRE LA SECURITE ALIMENTAIRE ET CONTRIBUER A LA CREATION D’EMPLOI A TRAVERS L’ENTREPRENARIAT
LA JUSTICE AU SENEGAL : Réformer ou refonder ?
L’Etat et la révolution citoyenne
L’EXORDE & LE BATACLAN… : Saint-Louis : Sur des airs amers
Réformes intentionnelles et assises de la Justice : Monsieur le Président, gardons-nous de perdre du temps
L’UNION AFRICAINE A SOIXANTE ANS