Publié le 7 Jun 2024 - 11:56
HARMONISATION DES SYSTEMES EDUCATIFS  

Pour une meilleure mobilité des diplômés dans l’espace CEDEAO

 

La Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) en charge de l’Education a réuni, du 28 au 30 Mai au Bénin, plusieurs experts pour réfléchir sur les voies et moyens de promouvoir l’appropriation des outils visant l’harmonisation des programmes et la reconnaissance mutuelle des qualifications dans l’espace communautaire.

 

Souvent citée comme exemple en matière d’intégration en Afrique, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), à travers ses plus hautes autorités, accorde une grande importance à la libre circulation des personnes et des biens. C’est dans ce cadre que s’inscrit l’organisation de l’atelier tenu au Bénin du 28 au 30 Mai sur l’harmonisation des programmes. Dans un document reçu à EnQuête, l’organisateur informe : ‘’La mission de la commission de l'Education de la CEDEAO est axée sur la fourniture d'une éducation et d'une formation de qualité en harmonisant les politiques et les programmes éducatifs. Cette approche vise à valoriser le capital humain et à faciliter la mobilité des étudiants, des enseignants et de la main-d'œuvre en Afrique de l'Ouest.’’

Selon les participants à la rencontre, ‘’l'harmonisation des systèmes éducatifs entre les États membres est cruciale pour accéder à un système éducatif unifié et de haute qualité’’. A leur avis, ‘’la reconnaissance bilatérale et multilatérale des certificats et de leurs équivalences est considérée comme prioritaire dans une communauté régionale telle que la CEDEAO, où tous les citoyens sont censés jouir pleinement de la liberté de circulation, du droit de résidence et du droit à un établissement en dehors de leurs pays d'origine respectifs’’. A cet effet, rappelle la note, ‘’la Convention sur la reconnaissance et l'équivalence des grades, diplômes, certificats et autres qualifications a été adoptée comme un outil essentiel pour tirer le meilleur parti des ressources éducatives dans la région’’.

Pour leur part, les autorités du Bénin accordent une grande importance à ce programme de l’organisation communautaire. Directeur adjoint de cabinet du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Josué Azandegbe a déclaré : “La mise en œuvre des normes de la Cedeao en matière de reconnaissance et d’équivalence des diplômes est cruciale pour assurer la qualité et la pertinence de nos systèmes éducatifs et pour faciliter la mobilité des étudiants et des professionnels au sein de la région’’. A son avis, les Etats sont conscients des défis qui existent dans ce domaine, notamment en termes d’harmonisation des programmes et de reconnaissance mutuelle des qualifications. ‘’C’est pourquoi, le gouvernement du Bénin s’est engagé à travailler en étroite collaboration avec les autres Etats membres pour relever ces défis”, a-t-il ajouté.

Représentant résident de la CEDEAO au Bénin, l’ambassadeur Amadou Diongue est revenu sur les défis de ce programme d’harmonisation des différents programmes.   “Pour aboutir à la formation du citoyen ouest-africain, quand nous prenons les pays francophones de la région, il y a des similitudes que nous sommes en mesure de renforcer en ayant à l’esprit une appropriation nationale qui permette à nos enfants de s’ancrer d’abord dans le terroir avant de s’ouvrir à l’extérieur”. A en croire Monsieur Diongue, “les différences entre anglophones et francophones’’ ne devraient pas constituer un frein à cette volonté de favoriser la mobilité des diplômés. Ces différences, selon lui, ‘’s’estompent grâce à la culture universelle au moyen de l’ordinateur et de l’internet”.

Section: 
MATAM - MAINTIEN DES FILLES A L’ECOLE : L’AMFE accueille un projet de 448 millions de francs CFA
FMI - DEUXIÈME REVUE DU PROGRAMME ÉCONOMIQUE ET FINANCIER : Le Sénégal aura accès à près de 230 milliards F CFA
MESURES CONTRE LA CHERTÉ DE LA VIE DU NOUVEAU GOUVERNEMENT : Les contraintes financières face au respect de la  demande sociale  
PROJET D’AMÉLIORATION DE LA GOUVERNANCE DU SOUS-SECTEUR DE L’ASSAINISSEMENT : Le gouvernement met 900 millions sur la table
DIRECTION DU GROUPE PANAFRICAIN STARGATE CORPO : Notre compatriote Cheikh Mbacké Sène nommé
ADEPME
TRANSFORMATION DE L’AGRICULTURE AFRICAINE : La CEDEAO anticipe sur l’agenda post-Malabo
ALLÈGEMENT DU COÛT DE LA VIE : Les premières mesures jugées ‘’plus urgentes’’
BAISSE DES PRIX DE DENRÉES ANNONCÉE PAR L’ÉTAT : Les Thiessois attendent de voir
APUREMENT DETTE DUE AUX PRESTATAIRES DE SOINS DU CSU : L’État paye 3,7 milliards F CFA aux EPS et DRS
PREMIER BARIL DE PÉTROLE - CONTRÔLE, COÛTS DE LA PRODUCTION… : Les demandes de Legs Africa
RAPPORT BM - CROISSANCE ÉCONOMIQUE : Le Sénégal se projette à 7, 4 % en 2024-2026
PETROGAZ, ALLÈGEMENT DU COÛT DE LA VE, POUVOIR D’ACHAT… : Les annonces du gouvernement
PÉTROLE ET GAZ : Le rêve de grandeur
BAISSE DES PRIX : Les mesures connues ce jeudi
INVESTISSEMENTS CHINOIS AU SÉNÉGAL : Plus de 660 milliards F CFA injectés en 10 ans  
NATIONALISATION, RACHAT DE CRÉANCES, TENSIONS DE TRÉSORERIE : 120 milliards dans le vent 
FIRST OIL : Fini le pétrole dans 20-30 ans, si…
Khuwaylid Capital
EXPLOITATION DES PHOSPHATES AU SÉNÉGAL : Les ICS, chronique d’un désastre permanent