Publié le 18 May 2024 - 11:58

Mélenchon à Dakar et après 

 

La France et le Sénégal ont une histoire commune. Nous subissons notre géographie et autant notre passé.

Ce passé est maculé de violences symboliques qui ont ébranlé notre aventure sociale et failli «  civilisé » toute une société.

Les séquelles ont résisté au temps. C’est malheureusement le phénomène de la métastase. Alors oui il est intéressant de déceler au cœur de la France actuelle à l’allure parfois erratique, la voix d’un homme politique de premier plan rappeler à la République de Marianne ses errances, ses contradictions mais surtout son histoire qui parce qu’elle s’écrit au présent est fortement irriguée par sa collision avec le continent africain.

Mélenchon à Dakar ce n’est pas un cadeau qu’on fait aux Africains. Il ne nous renseigne rien de nouveau que nous ne savions déjà. Nous ne serons pas dans l’admiration béate puisque cette génération à laquelle j’appartiens décrypte la trajectoire géopolitique du monde et comprend la place cruciale de l’Afrique. Je le dis et martèle, le présent et le futur de l’humanité se « design » entre nos murs.

Bien entendu, nous sommes ouverts à toutes les occurrences pour féconder nos positions dans l’intérêt commun. Ne  « Melenchon » pas les pédales notre convive est un français avec des convictions fortes traversées par l’intérêt supérieur de sa Patrie. Donc toutes les plages de convergence doivent intégrer nos attentes mutuelles.

L’occident dans sa globalité et la France comme tête de pont savent que les défis actuels et futurs enjoignent tous les pays à tailler bavette. Le climat, l’extrémisme violent , le banditisme et/ou la criminalité transfrontalière n’épousent aucune nationalité. Ce sont des acteurs  géopolitiques autant que les États en dépit du droit international qui leur nie ce droit.

Alors bienvenue à Mélenchon et à tous ceux qui embrasseront le sol de la teranga prochainement car le défilé sera intempestif. C’est le sens de l’histoire tout se jouera sur le continent. Toutefois gardons une lucidité et ne versons pas dans un fanatisme inutile sur la scène internationale. C’est le théâtre d’excellence de la compétition et des récits qui changent au gré des positions et postures.

Thierno Souleymane Diop Niang,

spécialiste des Relations internationales

Section: 
Espagne/Migration circulaire : Des Sénégalais exploités dans les champs d'Albacete.
Ousmane Sonko Mbeubeuss est-elle urgence du PROJET ?
Notes de lecture sur le livre du Professeur Makhtar Diouf : AFRIQUE : VOIES DE DEVELOPPEMENT. Surmonter les pesanteurs et… 
LETTRE OUVERTE À SON EXCELLENCE, MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, CONCERNANT LES RELATIONS ENTRE LE SÉNÉGAL ET ISRAËL
Recevoir un Ambassadeur, un acte normal, ordinaire pour toute autorité de la République
Doyen Alioune Tine, vous permettez
Monsieur le Premier Ministre, vous avez mieux à faire Nous avons besoin d’un chef de gouvernement pas d’un chef de clan ou de guerre
Faut -il criminaliser l’homosexualité ?
LA BCEAO PASSE ENCORE UNE FOIS Â COTÉ DE L'ESSENTIEL : IL URGE DE D'ORGANISER LES ASSISES DE LA MONNAIE DANS L'UEMOA
Inédit et rassurant … la CITY valide le PROJET
UN EXTRAIT DU LIVRE DU DOYEN ALLA KANE SUR LES PROBLEMES FONCIERS : « Les Problèmes fonciers au Sénégal : un imbroglio tenace Quelle solution ? »
Haute autorité de la justice
le régime  de l’APR dans une phase d’ENTROPIE
UNITÉ, CRITIQUE, UNITÉ EN NOTRE SEIN POUR CONSOLIDER ET PARACHEVER LA VICTOIRE DU POUVOIR SOUVERAINISTE AU SENEGAL
Contribution ouverte aux Assises de la justice sénégalaise
LE FINANCEMENT DE L’AGRICULTURE : UN MAILLON IMPORTANT POUR ATTEINDRE LA SECURITE ALIMENTAIRE ET CONTRIBUER A LA CREATION D’EMPLOI A TRAVERS L’ENTREPRENARIAT
LA JUSTICE AU SENEGAL : Réformer ou refonder ?
L’Etat et la révolution citoyenne
L’EXORDE & LE BATACLAN… : Saint-Louis : Sur des airs amers
Réformes intentionnelles et assises de la Justice : Monsieur le Président, gardons-nous de perdre du temps