Publié le 18 Oct 2012 - 21:20
3 QUESTIONS À... MAME LESS CAMARA (ANALYSTE POLITIQUE)

 «La future opposition de Macky Sall est dans la coalition qui le soutient»

 

En arbitre, l'analyste politique Mame Less Camara livre une critique sur la coalition présidentielle. Pour ce dernier il sera difficile d'y trouver une réponse plausible et durable tant que Benno Bokk Yaakaar (BBY) garde sa dynamique.

 

Comment comprenez-vous cette sorte de conformisme au sein de la mouvance présidentielle ?

 

La taille de l’alliance et la diversité des courants de pensée empêchent BBY d’être une coalition délibérative où l’on discute sur la base de ce qui est leur lien au départ. C’est-à-dire les engagements pris par le président de la République au cours de la campagne (au second tour). L’autre spécificité est que les chefs de parti représentent leur formation plus ou moins dans les postures de ministres d’Etat, de président d’une Institution, etc. Donc, l’alliance se faisant au sommet, elle contrôle les bases. Ce qui donne cette fausse impression d’adhésion totale de l’ensemble des partis alliés, des mouvements de la société civile qui n’engagent pas le débat, même lorsque les engagements sont en train d’être remis en cause, soit par le recrutement de profils qui s’étaient complément compromis avec l’ancien régime, soit par la renonciation progressive de la traque des biens mal acquis. Car, on a l’impression qu’on se contente de discours.

 

Khalifa Sall a-t-il raison de dire que les partis de la mouvance doivent retourner «chez eux» et laisser Macky Sall travailler ?

 

L’appréciation de Khalifa Sall est à situer à plusieurs niveaux. Le principe qui est énoncé et qui semble juste, c’est que l’alliance était construite pour faire partir Wade du pouvoir. Une fois cet objectif atteint, chacun doit reprendre sa place comme à la belote. Ce qui permettrait à Macky Sall de gouverner sous l’œil plus ou moins vigilant de l’alliance qui s’arrogerait le droit de réagir, de critiquer, de refuser, à chaque fois que les actes posés par le gouvernement sont contraires aux engagements pris par la coalition. Toutefois, il y a un élément qui pondère ce point de vue. Khalifa Sall est en course pour la succession de Tanor Dieng. Et cette succession doit lui servir de tremplin pour être candidat à la présidentielle de 2017. De plus, il reste encore suspecté, y compris au sein du Parti socialiste, de rapprochement excessif avec Abdoulaye Wade à l’époque.

 

Peut-on établir une analogie entre la situation au Sénégal et celle du Mali sous ATT ?

 

Ce sont deux schémas différents. ATT n’avait pas de parti. Ce qui fait qu’il ne pouvait pas envisager d’autre base que celle que lui offraient les partis qui s’agglutinaient autour de son nom. Or, Macky Sall a un parti en gestation et qu’il a besoin de temps pour se renforcer avant de se débarrasser du trop-plein d’alliés. La future opposition de Macky Sall est dans la coalition qui le soutient et l’éclatement risque d’être beaucoup plus spectaculaire.

 

Propos recueillis par D. Gbaya

 

 

 

AVERTISSEMENT!

Il est strictement interdit aux sites d'information établis ou non au Sénégal de copier-coller les articles d' EnQuête+ sans autorisation express. Les contrevenants à cette interdiction feront l'objet de poursuites judiciaires immédiates.

 

 

 

 

 

Section: 
INTERVIEW AVEC LE DIRECTEUR GÉNÉRAL D’AKILEE : Amadou Ly règle ses comptes avec l’ex-DG de la Senelec Pape Demba Bitèye
GRAND-PLACE AVEC PAPE SAMBA MBOUP : Confessions intimes
EN VÉRITÉ - COLONEL ABDOUL AZIZ NDAW ‘’Pourquoi l’élection va se dérouler normalement’’
KHALIFA ABABACAR SALL : “Si je voulais me rapprocher du pouvoir, je l’aurais fait depuis longtemps”
DOUDOU SARR NIANG, DG BUREAU D'INFORMATION GOUVERNEMENTALE (BIG) : “Contester Amadou Ba, c’est délégitimer Macky Sall”
ISMAËL SACKO, OPPOSANT MALIEN : “Entre la mort et la survie, nous avons choisi la survie”
SANOUSSI DIAKITÉ (PROFESSEUR-INVENTEUR, LEADER POLITIQUE) : “Ils ont créé une incitation à une multitude de candidats à la candidature”
PAPA MAHAWA DIOUF (PORTE-PAROLE BBY) ''Nous avons une coalition très forte constituée de leaders politiques aguerris''
ITW - ÉLIMANE HABY KANE, PRESIDENT LEGS AFRICA : ‘’Il y a des risques de connivence, de collision, de concubinage malsain entre les organisations de la société civile et les partis politiques’’
DR AMATH NIANG, PRÉSIDENT DE L’ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS : “Il suffit d’une volonté politique pour éradiquer définitivement le trafic de faux médicaments”
ENTRETIEN AVEC PAPA MAHAWA DIOUF, PORTE-PAROLE BENNO BOKK YAAKAAR : ‘’C’est un abus dangereux de parler de prisonniers politiques au Sénégal’’
NAFISSATOU DIALLO (SECRÉTAIRE NATIONALE À LA COMMUNICATION DU PDS) : “Des gens avaient contacté Karim Wade pour qu’il voie Amadou Ba... ”
BABACAR MBENGUE (DÉPUTE-MAIRE) : “Cette 14e législature sera une Assemblée de rupture’’
PAPA MAHAWA DIOUF (DG DE L’ASPT ET PORTE-PAROLE DE BBY) : “Le Sénégal est crédible”
AMINATA LY NDIAYE (MAGISTRATE-ÉCRIVAINE) : “Ce que je regrette...”
ITW MAMADOU AMADOU LY, ANCIEN CONSEILLER D’ABDOU DIOUF : ‘’Un président de la République ne peut pas s’occuper de tout au quotidien ; il lui faut des relais’’
PRIX FRANCOPHONE, CIGASS, COVID, VACCINATION, PALUDISME : Le professeur Daouda Ndiaye déparasite
GONCOURT 2021 AVEC ‘’LA PLUS SECRETE MEMOIRE DES HOMMES’’ : Mohamed Mbougar Sarr à livre ouvert
KHADY DJIBRIL NDIAYE, PILOTE DE LIGNE : ‘’Rien n’est impossible !’’
PR. SOULEYMANE BACHIR DIAGNE ET MODE PROSPECTIVE : ‘’La vraie urgence, c’est la jeunesse…’’