Publié le 13 Apr 2024 - 11:24

Le ministère de la FEMME gommé du nouvel appareil gouvernemental du Sénégal

 

De façon nette et claire, notamment dès le 1er tour et par un vote massif de 54,28%, le peuple sénégalais a opéré le 24 mars 2024 une IIIe alternance qui a porté au pouvoir monsieur Bassirou Diomaye FAYE. Cette expression sans ambigüité traduit le grand espoir que les sénégalais-e-s ont placé en lui pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Espoir renforcé par sa déclaration à la veille de la commémoration de l’indépendance, le 03 avril 2024.

Cependant, pour les femmes sénégalaises ce fut la déception, voire le choc après la publication de la liste des membres du gouvernement par le Premier ministre, monsieur Ousmane SONKO.

D’abord à cause du faible nombre de femmes ministres (4 sur 30) dans son gouvernement. Beaucoup d’organisations de femmes l’ont déploré. Mais, pas uniquement elles. Ce fut également le cas de certains observateurs et analystes de la scène politique sénégalaise et internationale tels que le professeur Mamadou DIOUF de l’Université Columbia de New-York (États-Unis), ainsi que des hommes engagés pour les droits humains tels que monsieur Alioune TINE, président de AfrikaJom Center. Si l’on en croit à Seneweb/Modou Mamoune TINE (6 avril 2024), il estime que : « …l’absence de femmes aux postes clés est une opportunité manquée pour afficher l’audace, la nouveauté et la rupture tant attendues. » En effet, M. Tine estime que : « C’est une des faiblesses du gouvernement : la sous-représentation des femmes. » Un point de vue largement partagé.

Cependant, au-delà de cette faible représentation des femmes tant décriée dans le gouvernement Diomaye/Sonko, il y a pire encore. C’est le fait que le ministère de la Femme soit purement et simplement gommé de l’appareil gouvernemental. Comment pouvait-on imaginer un tel recul au XXIe siècle, de surcroit de la part de jeunes dirigeants dits patriotes ? Pourtant, avec l’initiative du gouvernement du Premier ministre Abdou DIOUF sous la présidence de Léopold Sédar Senghor, la tradition de l’intégration des femmes dans les hautes instances de décision semblait être bien balisée au Sénégal. Elle eut lieu il y a 46 ans (1978 -2024) avec l’entrée au gouvernement de madame Caroline Faye Diop en tant que ministre de l’action sociale et celle de madame Maïmouna KANE au poste de secrétaire d’État à la condition féminine le 15 mars 1978. Ce, au tournant de l’année internationale des femmes décrétée par l’Organisation des Nations Unies (ONU) qui instaura par la suite la Décennie de la femme (1976-1985).

Au fil des gouvernements successifs, l’évolution de l’accès des femmes à des postes ministériels est allée en dents de scie. Certes, sous Abdou DIOUF, Premier ministre puis Président, le nombre de femmes ministres n’a jamais atteint cinq (5). Mais, durant les magistères de Maitre WADE et de Macky SALL, dans la plupart des gouvernements, ce nombre vacillait entre sept (7) et neuf (9), mais jamais en deçà de cinq (5). Cependant, en mars 2001, il y eut une avancée significative grâce au président Abdoulaye WADE, qui, pour la première fois dans l’histoire du pays, nomma en la personne de madame Mame Madior BOYE, une femme, Première ministre. Maitre Wade ira encore plus loin. Il renforcera cette représentation féminine dans le gouvernement du Sénégal par l’adoption en 2010 de la Loi sur la Parité (No 2010- 11 du 28 mai 2010) confirmée par le Décret d’application (N0 2011-819 du 16 juin) qui instituait la parité absolue Homme-Femme au niveau de toutes les institutions totalement ou partiellement électives. De l’habituel 3 à 5, le nombre de femmes ministres passa à 12, puis à 13. Ainsi, comme l’explicitait le journaliste Babacar DIONE (Xalima, 25 juin 2010) : « Après avoir fait voter une Loi instituant la parité absolue dans les instances électives, le président de la République (Me WADE, Ndlr) poursuit sa politique de promotion de l’accès de la couche féminine aux sphères de décision. Plus de 30% des portefeuilles ministériels sont maintenant occupés par des femmes avec le réaménagement du gouvernement intervenu, hier (le 25 juin 2010 Ndlr). »

Avec cette tradition bien établie, on était en droit d’attendre de nos nouveaux dirigeants d’aller plus loin que leurs prédécesseurs parce que progressistes, donc, sensibles à toute forme d’inégalité et soucieux de l’équité femmes/hommes. Nous ne serions pas surprises que le concept genre vidé de sa signification réelle et tant décrié au Sénégal soit rayé de la dénomination du ministère chargé de la condition féminine. Mais, supprimer celui de femmes qui représentent près de 50% de la population sénégalaise, personne n’aurait pu l’attendre de ce gouvernement dit de rupture et porté par de jeunes patriotes.

Sous leur magistère, le ministère aurait dû se dénommer ministère de la Femme, de la Famille et des Solidarités. Ce faisant, il serait dans la continuité démocratique du Sénégal et en phase des engagements de notre pays au niveau continental et international. Car, il a ratifié des chartes africaines et des conventions internationales visant à combattre toutes les formes de discriminations à l’égard des femmes et des filles sur des aspects divers et essentiels : non accès à l’éducation, contre le mariage précoce, accès à l’emploi, aux financements de leurs projets, à des infrastructures médicales de proximité pour lutter contre la mortalité maternelle et infantile, allégement de leur surcharge de travail surtout en milieu rural, protection des filles et des femmes contre les violences à divers niveaux et sous diverses formes, etc.

C’est dire que ce ministère de la Femme est une nécessité absolue du point de vue l’éthique démocratique, de la justice, de l’inclusion sociale et du progrès économique. Il aurait donné aux femmes sénégalaises le sentiment d’être considérées par leurs nouveaux dirigeants et d’être parties prenantes de façon équitable à l’exercice de leur pouvoir non seulement comme citoyennes à part entière, mais en tant que catégorie sociale qui a des problèmes spécifiques à prendre en compte si on veut créer une société égalitaire, juste, viable et durable. Ce qui constitue une profonde aspiration de toute notre Nation.

Pour ce faire, nous exhortons les autorités politiques, notamment le président Bassirou Diomaye FAYE et le Premier ministre Ousmane SONKO à reconsidérer l’effacement du ministère de la femme dans leur appareil gouvernemental. Car, celui-ci devra prendre en charge les cruciales questions de la condition féminine que nous avons identifiées plus haut de façon non exhaustive. Les Sénégalaises sont des citoyennes à part entière qui méritent respect, considération, ainsi qu’un traitement juste et équitable.  

 

Dre Aoua Bocar LY-Tall

Chercheure associée à l'Institut d'Études des Femmes, Université Ottawa, CANADA 

Socio-Historiographe, membre du COPIL de l'Histoire Générale (H.G.S) du SÉNÉGAL 

Sociologue, Écrivaine*, Consultante et Conférencière internationale

Contact: aouab_ly.tall@ymail.com

 

Section: 
Espagne/Migration circulaire : Des Sénégalais exploités dans les champs d'Albacete.
Ousmane Sonko Mbeubeuss est-elle urgence du PROJET ?
Notes de lecture sur le livre du Professeur Makhtar Diouf : AFRIQUE : VOIES DE DEVELOPPEMENT. Surmonter les pesanteurs et… 
LETTRE OUVERTE À SON EXCELLENCE, MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, CONCERNANT LES RELATIONS ENTRE LE SÉNÉGAL ET ISRAËL
Recevoir un Ambassadeur, un acte normal, ordinaire pour toute autorité de la République
Doyen Alioune Tine, vous permettez
Monsieur le Premier Ministre, vous avez mieux à faire Nous avons besoin d’un chef de gouvernement pas d’un chef de clan ou de guerre
Faut -il criminaliser l’homosexualité ?
LA BCEAO PASSE ENCORE UNE FOIS Â COTÉ DE L'ESSENTIEL : IL URGE DE D'ORGANISER LES ASSISES DE LA MONNAIE DANS L'UEMOA
Inédit et rassurant … la CITY valide le PROJET
UN EXTRAIT DU LIVRE DU DOYEN ALLA KANE SUR LES PROBLEMES FONCIERS : « Les Problèmes fonciers au Sénégal : un imbroglio tenace Quelle solution ? »
Haute autorité de la justice
le régime  de l’APR dans une phase d’ENTROPIE
UNITÉ, CRITIQUE, UNITÉ EN NOTRE SEIN POUR CONSOLIDER ET PARACHEVER LA VICTOIRE DU POUVOIR SOUVERAINISTE AU SENEGAL
Contribution ouverte aux Assises de la justice sénégalaise
LE FINANCEMENT DE L’AGRICULTURE : UN MAILLON IMPORTANT POUR ATTEINDRE LA SECURITE ALIMENTAIRE ET CONTRIBUER A LA CREATION D’EMPLOI A TRAVERS L’ENTREPRENARIAT
LA JUSTICE AU SENEGAL : Réformer ou refonder ?
L’Etat et la révolution citoyenne
L’EXORDE & LE BATACLAN… : Saint-Louis : Sur des airs amers
Réformes intentionnelles et assises de la Justice : Monsieur le Président, gardons-nous de perdre du temps