Publié le 11 Jun 2024 - 14:32
Procès du massacre du 28-Septembre en Guinée

La défense de Moussa Dadis Camara tente de dédouaner l'ex-chef de la junte

 

En Guinée, le procès des massacres du 28-Septembre survenus en 2009 à Conakry s'est poursuivi ce 10 juin 2024 avec la plaidoirie d'un des avocats de Moussa Dadis Camara, chef de l'État lorsqu'une manifestation de l'opposition avait été violemment réprimée, faisant plus de 150 morts et entraînant le viol de plus d'une centaine de femmes. L’un de ses avocats a plaidé ce lundi 10 juin et demande son acquittement pur et simple.

 

En Guinée, au procès du massacre du 28-Septembre 2009, les plaidoiries des avocats de la défense ont repris ce 10 juin 2024, avec une première prise de parole très attendue des conseils de Moussa Dadis Camara, chef de l'État à l'époque des faits : plus de 150 morts et plus d'une centaine de femmes violées lors d'un meeting de l'opposition écrasé dans le sang, rapporte notre correspondant à Conakry Matthias Raynal. « Le capitaine Dadis n'a rien à voir avec la commission des infractions commises au stade du 28-Septembre », a déclaré Me Almamy Samory Traoré devant la cour qui juge son client et onze autres responsables gouvernementaux et militaires depuis novembre 2022.

L'avocat a débuté ce lundi matin sa plaidoirie avec cet axe de défense : son client est innocent, il ne s'est rendu coupable d'aucune infraction. « Dans ce procès, nous avons suivi toutes les accusations qui ont été portées contre le président Moussa Dadis Camara. Le parquet, même les parties civiles n’ont pas pu apporter la preuve. La charge de cette preuve-là incombe au ministère public et à la partie civile qui estime que Dadis a envoyé des militaires au stade, ce qui n’a pas été prouvé », a ajouté l'avocat..

Bien au contraire, selon l'avocat, Moussa Dadis Camara a même pris des décisions pour répondre à l'urgence de la situation les jours qui ont suivi le massacre : déblocage de fonds pour les soins et l'hospitalisation des blessés, création d'une commission d'enquête nationale...  « Informé de la situation pendant que les actes et les faits étaient déjà accomplis, le président a immédiatement instruit son ministre de la Santé publique de prendre en charge tous les blessés dans les hôpitaux publics », a expliqué maître Traoré. Des faits que ne remettent pas en cause les parties civiles mais que ces dernières présentent comme un écran de fumée. Elles y voient la réaction d'un président putschiste, agissant sous la pression internationale et qui cherchait à sauver son pouvoir coûte que coûte.

L'argumentaire du parquet

Pour cet avocat, son client n’a rien à voir avec ces douloureux évènements qui avaient fait plus de 150 morts et au cours desquels une centaine de femmes ont été violées.  Il réclame son acquittement pur et simple, relate notre correspondant à Conakry, Mouctar Bah. « Si l'on arrive à condamner des gens sans avoir les preuves, cela veut dire que l'on a laissé courir les coupables et condamner les innocents. Cela ne peut pas rendre service à une victime. La victime veut savoir ce qu'il s’est passé. Sur ce, nous demandons l’acquittement du président Dadis ».

Chef d'État, tout-puissant au moment du massacre, Moussa Dadis Camara est une figure clé de ce procès, présenté par les parties civiles et le parquet comme le donneur d'ordre, le commanditaire de cette tuerie. Une tuerie qui aurait pu être évitée, sous-entend l'avocat, dans un exercice d'équilibriste. Lors de son rappel des faits, maître Traoré a assuré que l'opposition aurait pu, aurait dû, accepter de délocaliser son meeting et de reporter : la date du 28 septembre, référence au refus historique des Guinéens de valider le projet de communauté française en 1958, étape cruciale vers l'indépendance du pays. Le choix du stade du même nom pour tenir le rassemblement était une nouvelle violation des lois guinéennes, d'après l'avocat.

Selon son avocat, le chef d'État a été mis devant le fait accompli et n'a pas participé à l'organisation ni à la réalisation du massacre. « Le ministère public a dit ici qu'une réunion a eu lieu au camp Alpha Yaya Diallo dans la nuit du 27 au 28 septembre, de 23 heures à 4 heures du matin au cours de laquelle il a été décidé d'aller massacrer les gens au stade, bon sang de Dieu. Qui a entendu ça ici ? Réunion avec qui ? Pour décider de quoi ? Quel a été le contenu de la réunion ? On ne l'a pas dit. » Pour démonter les arguments du parquet, maître Traoré s’appuie sur une décision de justice qui a eu un retentissement dans toute la sous-région : l’acquittement de Laurent Gbagbo par la Cour pénale Internationale. « Monsieur le président, pour revenir sur cette question de réunion, le procureur de la CPI avait reproché la même chose au président Gbagbo. Je reprends les termes du juge : dans un contexte de crise, il est tout à fait naturel que le président se retrouve avec ses collaborateurs. »

Le procureur avait requis le 22 mai dernier la réclusion criminelle à perpétuité contre l'ancien président

Le procès doit se poursuivre ce mardi avec les plaidoiries des avocats de Dadis. Au procès historique du massacre du 28 septembre 2009 en Guinée, l'une des pages les plus sombres de l'histoire moderne du pays, le procureur avait requis le 22 mai dernier la réclusion criminelle à perpétuité contre l'ancien président Moussa Dadis Camara et plusieurs autres responsables. Le magistrat Alghassimou Diallo avait demandé que la peine soit assortie d'une période de sûreté de trente ans, et avait réclamé que les faits soient requalifiés en crimes contre l'humanité par meurtres, assassinats, torture, séquestration et viols.

Au moins 156 personnes ont été tuées, par balle, au couteau, à la machette ou à la baïonnette, et des centaines blessées dans la répression d'un rassemblement de l'opposition dans un stade de Conakry et ses environs le 28 septembre 2009 et les jours suivants, selon le rapport d'une commission d'enquête internationale mandatée par l'ONU. Au moins 109 femmes ont été violées.

 

RFI

Section: 
ACTIVISTES GUINÉENS ARRÊTÉS
LEGISLATIVES EN FRANCE : La Pen de Bardella
Les défis de l'Alliance des États du Sahel (AES) et l'avenir de la libre circulation en Afrique de l'Ouest
CEDEAO/AES : Duel des sommets entre Abuja et les juntes militaires
Guerre à Gaza : Israël envoie une délégation à Doha pour négocier la libération des otages
Législatives en France : Fin du dépôt des candidatures, plus de 210 désistements pour éviter des triangulaires
Présidentielle en Mauritanie : Mohamed Ould Ghazouani réélu, selon les résultats provisoires officiels
FRANCE - ÉLECTIONS LÉGISLATIVES : L'extrême droite aux portes de Matignon, Macron désavoué
DES SUITES DE TORTURES : L’ancien chef de l’armée guinéenne meurt en prison
Niger: un groupe politico-militaire enlève le préfet de Bilma et exige la libération de l’ex-président Bazoum
Trois semaines de tensions intercoréennes.
BURKINA-MALI-NIGER : La répression pour masquer l’échec
Burkina Faso : « enlèvement » de l’oncle et ancien compagnon de lutte de Thomas Sankara
En devenant producteur de pétrole, « le Sénégal va avoir plus des marges de manœuvre pour transformer son économie »
AFFAIRE « AIRE GUINEE » : La Guinée lance une commission rogatoire contre Cellou Dalein Diallo
SUCCESSION DE MOUSSA FAKI À LA TÊTE DE L'UNION AFRICAINE : L'opposant kenyan Raila Odinga en pole position
MONTÉE EN PUISSANCE DU RASSEMBLEMENT NATIONAL : La ‘’peur bleue’’ des immigrés en France  
France: le président Emmanuel Macron annonce la dissolution de l'Assemblée nationale
Cédéao : «On ne peut pas être dans des organisations qu'on ne contrôle pas», selon le chef de la diplomatie malienne
AFRIQUE DU SUD : L'ANC perd son hégémonie 30 ans après la fin de l'Apartheid