Publié le 19 Nov 2014 - 02:44
ABDOU KARIM FALL, PORTE-PAROLE DEMISSIONNAIRE DE LA LD

‘’Je n’ai jamais été d’accord sur le choix de Mamadou Ndoye ‘’

 

La Ligue démocratique (LD) du Pr Abdoulaye Bathily traverse une crise sans précédent avec la démission collective de toute la fédération de Mbacké jusqu’ici dirigée par Abdou Karim Fall. Ce désormais ex-porte-parole de la LD, dans cet entretien avec EnQuête, lève un pan sur les vraies motivations qui ont précipité sa démission du parti. Sans détour, il fustige le management du parti par un ‘’vieux’’ qui n’a pas voulu céder la place aux jeunes pour donner du sang neuf à la LD. Entretien.

 

Vous Avez récemment claqué la porte de la Ligue démocratique. Peut-on savoir les raisons qui ont conduit à ce divorce ?

Les raisons de cette séparation sont multiples. J’ai eu des problèmes avec le parti notamment au cours du dernier congrès où je n’ai pas été d’accord sur le choix de Mamadou Ndoye comme Secrétaire général du parti. Et je l’ai affirmé. J’ai donné mes idées et mes arguments, j’ai été mis en minorité dans le parti, je l’ai accepté et j’ai continué à travailler dans le parti. Mais il y avait d’autres problèmes dans le parti.

 Quels sont ces problèmes dont vous faites allusion ?

Je ne peux pas pour le moment aborder toutes les questions qui sévissent dans le parti. Je ne suis pas seul dans ce combat et nous avons notre stratégie. Tout ce que je peux dire, c’est principalement la décision des camarades du parti de Mbacké qui m’ont d’ailleurs pris de cours en me disant qu’ils ont fait une réunion et qu’ils ont fait un appel pour que je quitte le parti. Non seulement ils ont fait l’appel mais ils ont démissionné collectivement du parti. C’est toute la fédération de Mbacké qui compte plus d’une centaine de membres qui a démissionné. C’est dire  que  la LD n’a plus de fédération à Mbacké.

Quelle a été la réaction du parti face à cette démission collective ?

Quand cette situation s’est posée, je m’attendais à ce que le parti essaye de chercher des solutions pour ramener les camarades à la raison. J’ai été surpris de voir que rien n’a été fait ni par le secrétariat du parti ni par le secrétaire général.

Qu’est-ce qui explique cette indifférence, selon vous ?

C’est cela que je n’arrive pas à comprendre jusqu’ici. C’est un problème de management ou peut-être que cela ne les intéresse pas. C’était possible de faire revenir les gens dans le parti, mais Mamadou Ndoye a préféré croiser les bras. Moi j’ai considéré que ce n’était pas un comportement responsable. D’abord, ils n’ont même pas pris contact avec moi pour savoir ce qui se passe. Le Secrétaire général ne m’a même pas appelé pour en savoir plus sur cette affaire pour qu’on dégage ensemble des stratégies pour rencontrer les camarades.

Concrètement, quelle est la source du problème ?

Je ne peux pas revenir sur toutes les questions sur lesquelles je ne suis pas d’accord dans le parti. Ce que je peux dire, c’est que dans les derniers développements, c’est la fédération de Mbacké qui s’est rebellée et la manière dont le parti a traité l’affaire ne m’a pas convaincu. J’ai trouvé une attitude guerrière du parti, de l’ostracisme. Je n’ai pas compris qu’un parti politique qui a des problèmes refuse de trouver des solutions pour les régler.

Qu’est-ce qui oppose la fédération de Mbacké au parti ?

La fédération de Mbacké a plus de problème avec moi qu’avec le parti. Le problème qu’elle a avec moi, c’est que depuis plusieurs années, les militants m’ont demandé de quitter le parti.

Mais pour aller où ?

Non, le problème aujourd’hui, ce n’est pas d’aller dans un parti ou dans un autre. Je rassure tout le monde sur cela. Aujourd’hui, l’ambition que nous avons, ce n’est pas d’aller militer dans un quelconque parti. La fédération de Mbacké a considéré qu’elle ne se retrouve plus dans la LD. Mbacké est un bastion assez particulier où quand tu dis que tu es militant de la LD, les gens disent : voilà c’est un communiste. Moi je n’ai pas ce problème mais eux, ils ont ce problème surtout quand ils recrutent les gens pour me soutenir. Souvent, les gens acceptent de venir me soutenir mais dès qu’ils savent que c’est la LD, ils se rétractent. D’où le problème de massification du parti qui se pose encore. Il s’y ajoute que les militants considèrent que la LD ne travaille pas à faire émerger des jeunes leaders au plan économique et social. Et le congrès a été la goutte d’eau de trop, car  on aurait pu donner du sang neuf au parti.

Vous l’avez dit, vous n’avez jamais été d’accord sur le choix porté sur Mamadou Ndoye, pourquoi vous vous êtes tu depuis lors ?

Parce que je suis un militant discipliné. Je ne me suis pas tu, je me suis battu à l’intérieur du parti, tous les militants de la LD savent que je n’ai jamais été d’accord sur le choix de Mamadou Ndoye, je l’ai dit là où je devais le dire. En militant discipliné, quand j’ai été mis en minorité, je me suis mis dans les rangs.

N’aviez-vous pas nourri l’ambition de diriger le parti ?

Non je n’ai jamais nourri cette ambition. D’ailleurs je n’ai pas été candidat au cours de ce congrès même si la fédération de Mbacké en a parlé. Je n’ai jamais demandé qu’on m’élise. Et Dieu sait que j’ai milité pendant 32 ans dans ce parti où j’ai occupé des postes de responsabilité. J’ai été Secrétaire général du Comité Jallarbi de l’université, j’ai créé le Mouvement des élèves et étudiants Jallarbi que j’ai dirigé pendant un moment ; j’ai été président du Mouvement démocratique des jeunes de la LD, je suis entré dans le bureau politique depuis longtemps ; j’ai été membre du Secrétariat permanent chargé de l’éducation politique et de la formation et enfin porte-parole du parti.

Aujourd’hui quelles sont les perspectives politiques qui s’offrent à vous ?

Les perspectives sont multiples. Nous, nous sommes ouverts sur le plan politique. Aujourd’hui j’ai démissionné mais beaucoup de camarades vont démissionner eux aussi dans les prochains jours pour me rejoindre. Donc je ne suis pas seul dans cette affaire. Et depuis que j’ai démissionné, les offres ne manquent pas. Certains me disent de créer un parti politique, d’autres me disent qu’il faut mettre sur pied un mouvement.

Moi, je reste ouvert parce que je vais cheminer avec des hommes qui sont d’anciens militants de la LD et par d’autres qui n’ont jamais milité dans un parti politique. Avec tous ces gens, nous allons nous réunir et voir ce qu’on va prendre comme décision. Mais ce qui est sûr, c’est que nous serons sur l’espace politique en tant qu’organisation. Nous nous prononcerons sur toutes les questions liées à la vie politique sénégalaise et nous nous positionnerons soit du côté du pouvoir soit du côté de l’opposition. Maintenant quel type d’organisation ? Nous allons en discuter.

MAMADOU NDOYE, SECRETAIRE GENERAL DE LA LD

‘’Nous n’avons pas à polémiquer avec quelqu’un qui décide de partir’’

‘’Nous sommes un parti politique où l’engagement militant est volontaire comme la sortie du parti est volontaire’’, a réagi hier le Secrétaire général de la Ligue démocratique (LD). Mamadou Ndoye qui refuse une seule fois de s’épancher sur le sujet, renchérit : ‘’je ne veux vraiment pas me prononcer sur cette affaire. A la LD, nous n’avons pas à polémiquer avec quelqu’un qui décide de sortir du parti pour des raisons qui lui sont propres’’, soutient-il. Non sans préciser que lui et ses camarades respectent la décision et les raisons avancées par l’ex-porte-parole de la LD.

PAR ASSANE MBAYE

 
Section: 
GRAND-PLACE AVEC PAPE SAMBA MBOUP : Confessions intimes
EN VÉRITÉ - COLONEL ABDOUL AZIZ NDAW ‘’Pourquoi l’élection va se dérouler normalement’’
KHALIFA ABABACAR SALL : “Si je voulais me rapprocher du pouvoir, je l’aurais fait depuis longtemps”
DOUDOU SARR NIANG, DG BUREAU D'INFORMATION GOUVERNEMENTALE (BIG) : “Contester Amadou Ba, c’est délégitimer Macky Sall”
ISMAËL SACKO, OPPOSANT MALIEN : “Entre la mort et la survie, nous avons choisi la survie”
SANOUSSI DIAKITÉ (PROFESSEUR-INVENTEUR, LEADER POLITIQUE) : “Ils ont créé une incitation à une multitude de candidats à la candidature”
PAPA MAHAWA DIOUF (PORTE-PAROLE BBY) ''Nous avons une coalition très forte constituée de leaders politiques aguerris''
ITW - ÉLIMANE HABY KANE, PRESIDENT LEGS AFRICA : ‘’Il y a des risques de connivence, de collision, de concubinage malsain entre les organisations de la société civile et les partis politiques’’
DR AMATH NIANG, PRÉSIDENT DE L’ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS : “Il suffit d’une volonté politique pour éradiquer définitivement le trafic de faux médicaments”
ENTRETIEN AVEC PAPA MAHAWA DIOUF, PORTE-PAROLE BENNO BOKK YAAKAAR : ‘’C’est un abus dangereux de parler de prisonniers politiques au Sénégal’’
NAFISSATOU DIALLO (SECRÉTAIRE NATIONALE À LA COMMUNICATION DU PDS) : “Des gens avaient contacté Karim Wade pour qu’il voie Amadou Ba... ”
BABACAR MBENGUE (DÉPUTE-MAIRE) : “Cette 14e législature sera une Assemblée de rupture’’
PAPA MAHAWA DIOUF (DG DE L’ASPT ET PORTE-PAROLE DE BBY) : “Le Sénégal est crédible”
AMINATA LY NDIAYE (MAGISTRATE-ÉCRIVAINE) : “Ce que je regrette...”
ITW MAMADOU AMADOU LY, ANCIEN CONSEILLER D’ABDOU DIOUF : ‘’Un président de la République ne peut pas s’occuper de tout au quotidien ; il lui faut des relais’’
PRIX FRANCOPHONE, CIGASS, COVID, VACCINATION, PALUDISME : Le professeur Daouda Ndiaye déparasite
GONCOURT 2021 AVEC ‘’LA PLUS SECRETE MEMOIRE DES HOMMES’’ : Mohamed Mbougar Sarr à livre ouvert
KHADY DJIBRIL NDIAYE, PILOTE DE LIGNE : ‘’Rien n’est impossible !’’
PR. SOULEYMANE BACHIR DIAGNE ET MODE PROSPECTIVE : ‘’La vraie urgence, c’est la jeunesse…’’
SOULEYMANE BACHIR DIAGNE, PROFESSEUR AGREGE DE PHILOSOPHIE : ‘’Ce que je pense des jeunes, des réseaux sociaux et de la démocratie…’’