Publié le 29 May 2018 - 03:01
ABDOU LATIF COULIBALY, MINISTRE DE LA CULTURE

‘’Le président Macky Sall s’inscrit dans une logique de faire de la culture un vecteur de développement économique et social’’

 

Sa nomination, en septembre dernier, à la tête du ministère de la Culture, laissait sceptiques certains. Mais le doute n’est plus permis. Abdou Latif Coulibaly est en terrain connu. Il est très présent et apporte des réformes dans la gestion du ministère de la Culture. Dans cette interview accordée à ‘’EnQuête’’, il parle d’un de ses projets innovants qu’est l’évaluation de l’impact économique de la Biennale de l’art africain contemporain. Il parle également du statut de l’artiste et annonce une hausse de l’enveloppe destinée au Fonds de développement des cultures urbaines. Journaliste et écrivain, Abdou Latif Coulibaly partage son point de vue sur le décès de l’étudiants Mouhamadou Fallou Sène. Il propose une lecture à différents niveaux et préconise des solutions.

 

Monsieur le Ministre, est-ce que vous pouvez nous faire un bilan de la présente biennale ?

La 13e édition de la Biennale de l’art contemporain africain de Dakar, qui a été ouverte le 3 mai dernier par Son Excellence le Président Macky Sall, laisse une forte impression d’un franc succès, 15 jours après son ouverture. Cette forte impression se renforce chaque jour et rien ne devrait la contrarier d’ici le 2 juin, date officielle prévue pour sa clôture. Jamais, dans l’histoire de cette manifestation culturelle, il n’a été envisagé, quinze jours avant sa clôture, une prolongation de l’événement, au-delà de sa durée habituelle d’un mois. Pourtant, cette éventualité se pose aujourd’hui avec acuité. Le directeur artistique s’en est officiellement ouvert à moi. Je dois admettre qu’avant d’en parler avec lui, la secrétaire générale, Mme Marième Ba Diop et moi-même avions évoqué cette éventualité. Les visiteurs nationaux comme étrangers continuent d’affluer, faisant à l’heure actuelle de Dakar et du Sénégal la capitale africaine, voire mondiale de l’art contemporain. A titre d’illustration, nous avons reçu, ce 22 mai 2018, la visite du directeur du musée insulaire de Svïajsk, classé patrimoine mondial par l’Unesco en République du Tatarstan (Fédération de Russie), M. Artem Silkin, venu expressément voir comment le Sénégal, pays à majorité musulmane dit-il, accueille l’art moderne et comment a-t-il développé ce concept de biennale.

Comptez-vous donner une suite concrète à cette demande de prolongation ?

Une décision n’est pas encore arrêtée. Nous en discuterons encore davantage. Toutefois, si nous en convenons tous et obtenons le feu vert du chef de l’Etat et que ses modalités opérationnelles sont validées par le Premier ministre, nous n’hésiterons pas à donner suite à cette demande de prolongation formulée par le directeur artistique (Ndlr : Simon Njami). Son initiative part d’un constat : vu le succès chaque jour confirmé de cette présente biennale et en tenant compte du flux constant des visiteurs nationaux et internationaux, nous serions bien inspirés, laisse entendre M. Simon Djami, de repousser de quelques jours la date de clôture prévue le 2 juin 2018. Nous pourrions ainsi envisager une prolongation de quinze jours à un mois. C’est, en substance, ce que je retiens de la note que m’a fait parvenir M. Djami, momentanément absent du Sénégal. Nous avons 320 expositions dans le Off, la partie non officielle, et plus de 80 artistes exposant dans la partie officielle (In).

Que pensez-vous des Off que vous avez visités ?

Concernant ces expositions Off, elles se tiennent quasiment sur toute l’étendue du territoire national, faisant de la décentralisation de l’action culturelle une réalité à travers cette biennale. A Dakar, elles sont au Plateau, à Gorée, à Hann Bel air, aux Hlm Maristes, à la Médina, au Point E, à la corniche-Ouest, à Fann, à Ouakam, à Mermoz, aux Mamelles, à la Sicap, sur la Vdn, à la Foire, à Grand-Yoff, aux Almadies, à Ngor, à Yoff, à Keur Massar, à Rufisque, à Bargny, à Diamniadio, à Sébikotane, à Ngaparu, à Yenne Toubab Dilaw. A vrai dire, Dakar, y compris sa Banlieue, est devenue, le temps de cette biennale, une immense galerie d’art.

Dans les régions, Saint-Louis, Thiès (aux Manufactures sénégalaises des arts décoratifs, à Saly/Mbour, à Joal-Fadiouth, etc.), à Kaolack, à Fatick, même chez moi à Foundiougne. Le succès artistique est ainsi garanti, sans compter l’affluence populaire.

Ce qui m’a davantage plu, conformément aux instructions du président de la République, c’est la participation active et remarquable des élèves dans cette biennale, pas seulement en tant que visiteurs, mais en tant qu’exposants avec des productions de haute facture des élèves du lycée de Kaffrine à la Maison de la culture Douta Seck et ceux des lycées John Fitzgerald Kennedy, Galandou Diouf, du lycée moderne de Rufisque, de Seydina Limamou Laye, de Thiaroye, du collège d’enseignement moyen Yeumbeul II et du collège d’enseignement moyen Pionniers du syndicalisme de Rufisque au Centre culturel régional Blaise Senghor.

Monsieur le Ministre, est-ce que votre département prévoit d’évaluer l’impact économique de la biennale ? Ce qui n’a jamais été fait par le passé.

Vous avez raison de poser la question. Nous avons organisé cette édition en pensant à l’aspect économique de cette manifestation culturelle et en ayant à l’esprit cette phrase du chef de l’Etat : ‘’Au-delà de cette dimension émotionnelle qui lui est fatalement attachée et de sa capacité à nous rendre fiers de ce que nous sommes, la culture comporte une dimension économique non négligeable dont il faut désormais en tenir compte dans nos politiques culturelles.’’ Le ministère de la Culture a signé une convention générale avec l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) et sur la base de laquelle une mission d’évaluation de l’impact économique de cette 13e édition de la biennale lui a été confiée.

Avez-vous déjà un sommaire aperçu de son impact économique ?

L’Ansd a conçu tous les outils et instruments de mesure, en a administré et elle est en train de recueillir toutes les données et informations. En attendant de disposer des résultats de cette étude que nous aurons le plaisir de partager avec vous au cours d’une rencontre, on peut oser quelques spéculations. Ainsi, en évaluant en moyenne à cinq millions de francs Cfa l’organisation de chaque exposition enregistrée dans les 320 Off officiellement établis, on notera que les investisseurs privés, qui en sont les principaux bailleurs, ont  investi un montant équivalant à 1 milliard, 600 millions de francs Cfa. Pour la partie officielle (In), l’Etat et ses partenaires au développement ont investi un montant légèrement supérieur. Sans compter les nuitées d’hôtel enregistrées du fait de l’arrivée massive de touristes venus pour la biennale. Juste une idée pour saisir la portée de ces arrivées : on peut faire remarquer à la suite de simples constats empiriques que du 20 avril au 10 mai, il était difficile, voire impossible d’obtenir une réservation dans les réceptifs situés dans la région de Dakar en particulier.

Le président de la République vous a exhorté à faire respecter la loi du 1 %. Comment comptez-vous vous y prendre ?

Rappelons l’essentiel de cette loi 68-02 du 4 janvier 1968. Il s’agit, pour l’Etat, de faire prélever sur les budgets prévisionnels des immeubles publics en construction, un montant équivalent à 1 % des investissements. Il en sera ainsi dès lors que les sommes investies atteignent un montant de 20 millions de francs Cfa. Les privés sont également concernés par cette loi, quand ils réalisent des édifices ayant pour vocation de recevoir du public : salles de spectacle, de réunion, salles de cinéma, réceptifs d’hôtel, salles de cinéma, etc.  Dans un cas comme dans  l’autre, les sommes prélevées sont destinées à assurer la décoration de tels immeubles avec des œuvres financées par les montants prélevés. Ces œuvres doivent être commandées et acquises auprès d’artistes nationaux. Il est vrai que l’exhortation à laquelle vous faites allusion concerne le ministère de la Culture en principal. Elle est toutefois adressée au gouvernement dans sa totalité. Nous avons proposé une actualisation de cette loi datant de 1968. Les réformes proposées, dès lors qu’elles seront acceptées par le chef de l’Etat et concrétisées par le gouvernement, rendront plus efficiente la mise en œuvre de cette législation qui a une haute portée symbolique et pratique.

Vous avez réuni dans un symposium des ministres africains venus assister à la biennale, des experts arrivés d’un peu partout : d’Europe, d’Asie, d’Amérique, etc. Il s’agissait, pour eux, de trouver des canaux innovants de financement de la culture. Est-ce que vous avez été heureux dans votre quête ?

Nos réflexions ont été fécondes, d’importantes recommandations ont été faites. Il reste à chaque Etat de trouver des modalités pratiques pour mettre en œuvre les mesures arrêtées dans nos recommandations. Tout en admettant les spécificités de chaque pays, des exemples de réussite en Afrique, le cas de l’Algérie et, dans le monde, le cas du Québec, ont été partagés et peuvent inspirer. Nous pouvons également retenir une idée majeure qui est sortie de nos discussions : le financement de la culture ne peut essentiellement être gagé sur les efforts consentis dans les seuls budgets nationaux.

On reconnait qu’il revient aux Etats de trouver des voies intelligentes pour intéresser d’autres acteurs, les privés en particulier, et de les faire participer au financement de la culture. Les politiques culturelles conduites doivent ouvrir de telles perspectives. La réflexion, pour ainsi dire, continue. Elle ne sera d’ailleurs jamais bouclée, eu égard à la complexité de la question et de la nature de la matière. Je peux cependant rassurer : au Sénégal, nous avons identifié des pistes qui pourraient nous donner des ressources financières additionnelles importantes. Déjà, la loi de 1968 est la preuve de la fécondité de nos réflexions dans le cadre de la recherche de canaux de financement innovants.

Le chef de l’Etat semble s’inscrire dans une dynamique de doubler les budgets de la Culture. A votre avis, qu’est-ce qui motive ce choix ?

C’est vous qui faites ce constat. Moi, je peux vous dire que le chef de l’Etat, Son Excellence le Président Macky Sall, s’inscrit dans une logique de faire de la culture un vecteur de développement économique et social. Et cela mieux et plus que ce que fut fait dans les politiques publiques culturelles déroulées, au cours de ces dernières années. Il y a, en effet, des enveloppes destinées à des subventions qui ont été effectivement doublées : il en est ainsi de celles destinées au cinéma, aux cultures urbaines et à l’édition, entre autres. Concernant spécifiquement les cultures urbaines, de 300 millions accordés en 2017, nous en sommes à 600 millions pour l’exercice budgétaire 2018, d’après la récente notification du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan pour la prochaine loi des finances rectificative (Lfr).

Comment appréciez-vous la première année de gestion du Fonds des cultures urbaines ?

Une évaluation a été faite par des experts commis à cet effet par le ministère. Nous avons des résultats très positifs. L’une de mes plus grandes satisfactions réside dans cette belle réussite d’un groupe qui a été financé à hauteur de dix millions de francs Cfa dans la ville de Kaolack. Les jeunes bénéficiaires ont su entreprendre pour développer des activités d’animation culturelle qui leur ont  permis d’assurer un emploi fixe permanent à six jeunes qui étaient à la recherche d’un emploi stable depuis des années. Il y a d’autres  réussites dans la banlieue de Dakar. Nous venons de boucler la rédaction du rapport d’évaluation de cette première année de mise en œuvre du Fonds d’appui aux cultures urbaines. Nous convierons prochainement la presse pour diffuser à grande échelle les résultats de cette évaluation. D’ailleurs, la rallonge de l’enveloppe qui passe à 600 millions relève des résultats probants enregistrés au cours de la première année.

A votre nomination au mois de septembre dernier, vous avez affirmé votre volonté de construire une identité nationale. Où en êtes-vous avec cette mission que vous vous êtes assignée ?

Je ne pense pas avoir dit cela. En tout cas, pas par la manière par laquelle vous tentez de rappeler les termes de ma déclaration. Peu importe d’ailleurs. J’ai plutôt dit, en me référant à l’époque à des propos d’archives rapportant une déclaration d’un ancien ministre français de la Culture, André Malraux : ‘’Ma mission est certes de participer, par mon action sur la base des directives et orientations du chef de l’Etat et sous la conduite du Premier ministre, à la consolidation de la construction de l’identité sénégalaise.’’ Je précisais également que ‘’la culture doit davantage constituer un vecteur de développement économique et social et que je m’engageais à assurer le leadership utile à cette fin, dans le département ministériel qui venait de m’être confié.

Avec le concours des acteurs culturels du pays et de l’ensemble des citoyens, nous y arriverons’’. Cela précisé, je réponds à la question en indiquant que la conduite de ma mission s’inscrit dans une quête et une marche irréversible vers un idéal : la construction d’une identité nationale forte, durable dans son existence et dans son mouvement. Cette quête est, par essence, permanente et sans fin. Les résultats qu’elle permet de réaliser s’échelonnent tout au long de la vie d’une nation se montrant fière de ce qu’elle est. Ce qu’elle est procédant naturellement de cette spécificité particulière qui la distingue de toute autre entité sociale constituée. Cette spécificité dont elle est fière est incarnée et projetée à travers le dynamisme de sa culture. Il est important de souligner que cette spécificité cultivée, plutôt que de la sortir du procès global de l’universel, l’y engage davantage, pour parler comme Aimé Césaire.

Cela ne vous paraît pas suranné de mettre en évidence une identité nationale,  au moment où  on parle de la nécessité de construire un panafricanisme actif et concret ?

Cette pensée de Césaire que nous venons de rappeler explique pourquoi il n’y a aucune antinomie entre le fait de construire une identité nationale forte qui est avant tout le reflet d’une culture dynamique et vivante et la volonté de construire un panafricanisme concret. Je suis plus que convaincu que le panafricanisme ne saurait se construire sur la base d’une démolition programmée des identités nationales qui en sont, en définitive, les composantes essentielles. D’ailleurs, cette volonté de construction d’une identité nationale forte est en parfaite adéquation avec les dispositions de la Convention 2005 sur la sauvegarde et la promotion de la diversité des expressions culturelles (Ndlr : Convention de l’Unesco).

‘’Noire n’est pas mon métier’’ est le titre d’un livre sorti par 16 actrices évoluant à l’étranger. Que pensez-vous de leur combat ?

Je comprends bien l’agacement exprimé. Ces actrices et acteurs veulent simplement dénoncer cette anomalie qui les confine dans un ghetto. Un confinement qui fait qu’on ne les engage pas pour leur talent d’artistes ou leurs compétences. On fait appel à eux pour assumer des fonctions de nègre dans des pièces de théâtre, dans des films ou autres. Maintenant, les choses étant ce qu’elles sont sur le marché international du spectacle, travaillons chez nous à faire en sorte que nos acteurs soient bien formés. Nous devons aussi  travailler à l’avènement de productions culturelles dignes, avec des moyens et des budgets conséquents. Tout cela est un travail de longue haleine s’inscrivant dans la durée.

Quelle politique réservez-vous aux jeunes cadres du ministère de la Culture qui quittent souvent, faute d’être promus ?

Je souhaiterais que nous fassions la distinction entre deux types de valorisation possibles : la valorisation dans l'emploi et la valorisation par la fonction. Tous les fonctionnaires qui avancent dans la hiérarchie de la fonction se font valoir par des diplômes et grades. Dès que vous obtenez un diplôme qui vous permet de prétendre, dans votre corps, à un grade supérieur, vous en faites la demande à la Fonction publique. Vous y avez automatiquement droit, à condition toutefois de remplir toutes les formalités administratives requises à cette fin. Un exemple : un animateur qui obtient après des études complémentaires le diplôme de conseiller aux affaires culturelles,  la Fonction publique qui est saisie par l'intéressé accède à sa demande de revalorisation dans le corps des conseillers. On reconnaît qu'il  peut y avoir des lenteurs dans le processus. Tous les fonctionnaires en sont victimes. Souvenez-vous, la dernière grève des enseignants a beaucoup  mis en évidence de telles lenteurs. Maintenant,  la valorisation dans un emploi n'emporte pas nécessairement et fatalement une valorisation dans une nouvelle fonction. Celle-ci dépend au moins de deux choses : la disponibilité de la fonction désirée et la confiance de l'autorité ayant le pouvoir de nomination. De façon générale, les fonctionnaires de mon département sont logés à la même enseigne que tous les autres agents de l'Etat et sous réserve des spécificités caractérisant chaque département ministériel.

Où en est le ministère de la Culture, concernant l’élaboration d’une législation pour définir un statut à l’artiste sénégalais ?

Cela fait partie des missions assignées par le chef de l’Etat à notre ministère. Nous avons reçu des avant-projets de textes sur  lesquels nous avons engagé des discussions sérieuses avec les acteurs concernés. Par ailleurs, nous avons prévu, courant juin, une rencontre élargie de stabilisation d’un texte de base qui sera ensuite soumis à l’approbation du gouvernement.

Quelle est la position du gouvernement sénégalais sur l’offre exprimée à Ouagadougou par le président français qui envisage la restitution des œuvres culturelles africaines ? Certains en Afrique militent pour une restitution totale et d’autres une restitution partielle.

J’avais publié, dès que cette offre a été rendue publique depuis Ouagadougou, une tribune libre dans la presse, pour dire que le Sénégal soutenait le principe de cette restitution légitime. Une restitution conforme à l’idée de justice et d’équité. J’ajoutais que cette restitution annoncée allait, désormais, quelle que soit l’issue qui lui sera réservée, déterminer la manière de construire et de conduire la gouvernance culturelle mondiale. Nous n’avons aucun a priori sur le sujet. Nous pensons cependant que les discussions sur les modalités qui permettront de réaliser cette restitution devront se mener dans le cadre des instances internationales comme l’Unesco. Au début du mois de juin, l’organisation mondiale  va organiser à Paris une rencontre au sommet de hauts responsables d’Etat et d’experts sur la circulation des biens culturels dans le monde. Cette question de la restitution devrait y être abordée. J’aurai le privilège et l’agréable devoir d’y représenter le chef de l’Etat. Sa présence à cette session, pour faire une adresse forte à la communauté internationale sur le sujet évoqué, avait été vivement souhaitée par la directrice générale de l’institution.

Quelle restitution emporte la préférence du Sénégal : la totale ou la partielle ?

Je pense qu’il est plus juste de parler de restitution permanente ou temporaire. La permanente postule l’idée que toutes les œuvres reviennent définitivement en Afrique et y soient en permanence exposées, alors que la temporaire fait alterner des expositions en Afrique et en France ou en Europe, en général. Par une heureuse coïncidence, nous sommes en train de nous préparer à accueillir la part qui nous revient dans la restitution envisagée, même si nous serons beaucoup moins dotés que beaucoup d’autres pays africains. Avec la construction du musée des Civilisations noires qui est en voie de finalisation, nous serons prêts pour recevoir nos œuvres. Nous prévoyons de mettre en œuvre un concept privilégiant des expositions temporaires et tournantes. Cette option d’une restitution temporaire nous conviendra bien, en ce sens qu’elle permettra d’assurer la garde de nos œuvres restituées, quelle que soit la formule retenue. C’est dire que le Sénégal n’a pas de préférence établie.

Un étudiant du nom de Fallou Sène vient de succomber à la suite de violences enregistrées sur le campus de l’université de Saint-Louis. En tant qu’auteur, vous dénonciez à l’époque et avec véhémence les violences policières exercées sur des citoyens. Quelles est votre position sur cette récente tragédie ?

Je voudrais me montrer plus précis que vous dans la façon de rappeler mes positions d’hier, avant de répondre à votre question. J’ai publié, en 2011, un ouvrage intitulé ‘’Lettre à Abdoulaye Wade Yingou : la République abîmée’’. Ce fut ma prise de position la plus radicale et la plus élaborée sur ce sujet. J’avais publié ce texte en prenant prétexte de la mort tragique d’un jeune homme de 23 ans dans un commissariat de police. Sur la foi de statistiques publiées à l’époque par des organismes de défense des Droits de l’homme signalant le décès de 11 Sénégalais gardés à vue, nous disions avec force qu’il était inacceptable que des Sénégalais gardés à vue meurent dans les lieux de garde à vue. Aujourd’hui, plus fort que je m’exprimais encore hier, je dis que c’est inacceptable que de tels faits puissent se produire dans notre pays. Concernant exactement cette nouvelle tragédie qui occupe l’actualité, je dis non. Qui accepte que des Sénégalais tombent sous des balles, quelle que soit la provenance de ces dernières, comme l’a été le jeune Fallou Sène ?  Peut-être, il y en a parmi certains qui, sans le souhaiter, croient avoir trouvé dans cette tragédie un raccourci pour commencer à faire sonner le glas du régime. Les uns et les autres condamnent ou déplorent, c’est selon la position que l’on occupe sur l’échiquier politique national, en parlant de la mort de Fallou Sène. Ne serait-ce que par respect à sa mémoire, on doit faire preuve de retenue et en appeler à la sérénité. Quelle que soit la position exprimée, des problèmes existent dans nos universités, comme d’ailleurs dans toutes les administrations et organisations.

Vous faites allusion à quels problèmes et à quoi ?

A juste titre, nous parlons de la mort de Fallou Sène. Paix à son âme. Certains rappellent d’autres précédentes tragédies ayant frappé des élèves ou des étudiants : Idrissa Sané à la fin des années ‘70, Balla Gaye et de Bassirou Faye début des années 2000. Je rappelle qu’aucune suite judiciaire, excepté le cas de feu Bassirou Faye, n’a été donnée à tous ces décès. Pour le cas de Fallou Sène, une enquête judiciaire est ouverte. Personne ne parle de la mort tragique de cet étudiant exécuté sur le campus de Dakar par un de ses camarades. La violence est-elle consubstantielle à la vie d’étudiant au Sénégal ? Je crois sincèrement que non. Cette réponse me parait d’ailleurs courte. Je me souviens encore de ce père de famille qui a rencontré la furie meurtrière d’un groupe de manifestants, un matin de mars 2002, sur la corniche, entre l’université et la Cour suprême.

On a balancé à la portière droite de son véhicule une grosse pierre qui lui sera fatale. Il eut le tort de se rendre ce matin-là au bureau, en empruntant la corniche. Ses trois enfants qu’il conduisait à l’école, confortablement assis sur le siège arrière de son véhicule, assisteront, impuissants et médusés, à la mort en direct de leur père. Ce mardi 22 mai, un haut fonctionnaire de la justice qui rentrait chez lui par la même corniche, a eu la vie sauve grâce à sa dextérité de conducteur et à sa capacité de se faufiler entre des pneus en flammes sur la chaussée. Il en a pour des centaines de milliers de francs de dégâts à réparer. Le pare-brise arrière de sa voiture a amorti le poids de la pierre qui lui a été envoyée et qui a atterri sur son siège arrière. Je ne parle pas des dégâts énormes causés à de simples particuliers et aux biens publics vandalisés dans les rues de la capitale et dans certaines localités du pays abritant des universités. Nous devons tous accepter de débattre, dans des cadres et des formats appropriés et en toute sérénité, de la situation des universités dans notre pays.

Débattre encore après les concertations nationales sur l’enseignement supérieur ?

Le débat doit être permanent et serein, car l’enjeu est trop important. Il s’agit bien de la formation de notre très proche future élite, ceux qui auront, à moyen terme, les destinées de notre cher pays. C’est l’avenir non lointain de notre pays qui se joue. Le gouvernement en est pleinement conscient. Il a d’ailleurs mobilisé, entre 2012 et 2018, un montant global de 432 milliards d’investissement pour équiper les universités et construire des infrastructures diverses. Pourtant, on a parfois le sentiment que rien n’a été fait dans le programme de mise à niveau de nos établissements d’enseignement supérieur. Admettons tous que des efforts remarquables ont été faits par le gouvernement et les autorités en charge du secteur.

Nous ne tenons pas compte des salaires et autres prestations diverses payées pour assurer un fonctionnement de nos universités, ainsi même que les réformes pédagogiques en cours. Aucun citoyen sénégalais ne peut s’imaginer que nos universités n’ont pas encore terminé les programmes de l’année 2016-2017. L’année scolaire 2017-2018 n’a pas encore commencé dans certaines d’entre elles. Vous voyez donc l’option d’entretenir un débat permanent est pertinente à plus d’un titre. Mais les débats passionnés et assez médiocres accompagnant souvent les grèves et les remous qui secouent tous les jours les campus pédagogiques et sociaux empêchent un débat utile et progressiste sur la question de l’université.

BIGUE BOB

Section: 
GRAND-PLACE AVEC PAPE SAMBA MBOUP : Confessions intimes
EN VÉRITÉ - COLONEL ABDOUL AZIZ NDAW ‘’Pourquoi l’élection va se dérouler normalement’’
KHALIFA ABABACAR SALL : “Si je voulais me rapprocher du pouvoir, je l’aurais fait depuis longtemps”
DOUDOU SARR NIANG, DG BUREAU D'INFORMATION GOUVERNEMENTALE (BIG) : “Contester Amadou Ba, c’est délégitimer Macky Sall”
ISMAËL SACKO, OPPOSANT MALIEN : “Entre la mort et la survie, nous avons choisi la survie”
SANOUSSI DIAKITÉ (PROFESSEUR-INVENTEUR, LEADER POLITIQUE) : “Ils ont créé une incitation à une multitude de candidats à la candidature”
PAPA MAHAWA DIOUF (PORTE-PAROLE BBY) ''Nous avons une coalition très forte constituée de leaders politiques aguerris''
ITW - ÉLIMANE HABY KANE, PRESIDENT LEGS AFRICA : ‘’Il y a des risques de connivence, de collision, de concubinage malsain entre les organisations de la société civile et les partis politiques’’
DR AMATH NIANG, PRÉSIDENT DE L’ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS : “Il suffit d’une volonté politique pour éradiquer définitivement le trafic de faux médicaments”
ENTRETIEN AVEC PAPA MAHAWA DIOUF, PORTE-PAROLE BENNO BOKK YAAKAAR : ‘’C’est un abus dangereux de parler de prisonniers politiques au Sénégal’’
NAFISSATOU DIALLO (SECRÉTAIRE NATIONALE À LA COMMUNICATION DU PDS) : “Des gens avaient contacté Karim Wade pour qu’il voie Amadou Ba... ”
BABACAR MBENGUE (DÉPUTE-MAIRE) : “Cette 14e législature sera une Assemblée de rupture’’
PAPA MAHAWA DIOUF (DG DE L’ASPT ET PORTE-PAROLE DE BBY) : “Le Sénégal est crédible”
AMINATA LY NDIAYE (MAGISTRATE-ÉCRIVAINE) : “Ce que je regrette...”
ITW MAMADOU AMADOU LY, ANCIEN CONSEILLER D’ABDOU DIOUF : ‘’Un président de la République ne peut pas s’occuper de tout au quotidien ; il lui faut des relais’’
PRIX FRANCOPHONE, CIGASS, COVID, VACCINATION, PALUDISME : Le professeur Daouda Ndiaye déparasite
GONCOURT 2021 AVEC ‘’LA PLUS SECRETE MEMOIRE DES HOMMES’’ : Mohamed Mbougar Sarr à livre ouvert
KHADY DJIBRIL NDIAYE, PILOTE DE LIGNE : ‘’Rien n’est impossible !’’
PR. SOULEYMANE BACHIR DIAGNE ET MODE PROSPECTIVE : ‘’La vraie urgence, c’est la jeunesse…’’
SOULEYMANE BACHIR DIAGNE, PROFESSEUR AGREGE DE PHILOSOPHIE : ‘’Ce que je pense des jeunes, des réseaux sociaux et de la démocratie…’’