Publié le 24 Jun 2012 - 22:45
ALBERT BOURGI

«Finalement, on ne sait pas ce que Wade a fait, il s'est tout permis»

 

Pour le politologue et professeur à l'université de Rennes, la page Wade est tournée. Mais il cherche à impressionner le nouveau pouvoir afin de le dissuader de poursuivre des responsables de l'ancien régime.

 

Les «100 jours» du régime de Macky Sall approchant, quel bilan en-tirez-vous ?

La notion des 100 jours est très floue et les contours sont très mal déterminés. Ça me semble un peu trop prématuré. Ceci dit, il y a des actions positives qui ont été incontestablement menées. Il y a une volonté clairement affirmée de ne pas poursuivre les turpitudes de l’ancien pouvoir.

 

Est-ce que le cas pour la réactivation de la Cour contre l’enrichissement illicite ?

On peut évidement l’illustrer par tout. Notamment par la réactivation de la loi sur l’enrichissement illicite. On peut l’illustrer par l’état des lieux qui sont nécessairement dressés. Pas la chasse aux sorcières. Je n’aime pas cette expression : elle n’est pas propre à la culture sénégalaise. Ceci étant, il y a une gabegie vécue pendant 12 ans. Finalement, on ne sait pas ce qu’il (Wade) a fait, il s’est tout permis. Il avait un pouvoir totalement illimité en agissant à tort et à travers. Il faut le dire, Wade considérait le Sénégal comme sa propriété, son patrimoine.

 

Que pensez-vous de la posture de victime qu’il adopte ?

Cette posture de victime, c’est pour prévenir ce qui peut arriver des poursuites éventuelles. Ce genre de discours est habituel chez Abdoulaye Wade. Dans sa conquête du pouvoir vers les années 80, il menaçait, activait le levier militaire, le levier politique, tantôt le levier populaire. Ça ne marche pas ! 12 ans de travail, les Sénégalais ont tourné la page Wade. Lorsqu’il réagit de cette manière, c’est pour impressionner l’actuel pouvoir afin qu’il ne poursuive pas les enquêtes menées contre certains responsables de l’ancien régime.

 

Croyez-vous que Macky Sall va respecter ses engagements, notamment sur la réduction de la durée du mandat ?

On peut faire confiance à Macky Sall. Il a dit qu’il ramènerait le mandat à 5 ans. Je crois que c’est un principe qu’on brandit en France. Il faut un président normal. Ce terme convient bien et Macky Sall doit exercer une fonction normale. Cela signifie se tourner vers l’apaisement, la satisfaction d’un certain nombre de revendications qui sont quand même portées par la majorité des Sénégalais. Le pouvoir qui s’étend est inexplicable dans le contexte international. Il y a des rebuts de 7 ans, 10 ans. Il y a même certains qui sont là depuis 35 ans. Je crois que Macky Sall est suffisamment intelligent, il sait qu’il a été porté par un mouvement qui s’est levé contre un troisième mandat du président. Il aura la sagesse de s’en tenir à un 5 ans renouvelables une seule fois. Mais quand on exerce un pouvoir, on a toujours une cour derrière et qui vous pousse à rester le plus longtemps possible. Ils tentent de pousser vers des excès celui qui est à la tête de l’Etat. Je crois qu’il n' y a rien qui puisse dire que Macky Sall va renier cet engagement. Et même d’autres engagements.

 

PAR DAOUDA GBAYA

 

 

 

Section: 
INTERVIEW AVEC LE DIRECTEUR GÉNÉRAL D’AKILEE : Amadou Ly règle ses comptes avec l’ex-DG de la Senelec Pape Demba Bitèye
GRAND-PLACE AVEC PAPE SAMBA MBOUP : Confessions intimes
EN VÉRITÉ - COLONEL ABDOUL AZIZ NDAW ‘’Pourquoi l’élection va se dérouler normalement’’
KHALIFA ABABACAR SALL : “Si je voulais me rapprocher du pouvoir, je l’aurais fait depuis longtemps”
DOUDOU SARR NIANG, DG BUREAU D'INFORMATION GOUVERNEMENTALE (BIG) : “Contester Amadou Ba, c’est délégitimer Macky Sall”
ISMAËL SACKO, OPPOSANT MALIEN : “Entre la mort et la survie, nous avons choisi la survie”
SANOUSSI DIAKITÉ (PROFESSEUR-INVENTEUR, LEADER POLITIQUE) : “Ils ont créé une incitation à une multitude de candidats à la candidature”
PAPA MAHAWA DIOUF (PORTE-PAROLE BBY) ''Nous avons une coalition très forte constituée de leaders politiques aguerris''
ITW - ÉLIMANE HABY KANE, PRESIDENT LEGS AFRICA : ‘’Il y a des risques de connivence, de collision, de concubinage malsain entre les organisations de la société civile et les partis politiques’’
DR AMATH NIANG, PRÉSIDENT DE L’ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS : “Il suffit d’une volonté politique pour éradiquer définitivement le trafic de faux médicaments”
ENTRETIEN AVEC PAPA MAHAWA DIOUF, PORTE-PAROLE BENNO BOKK YAAKAAR : ‘’C’est un abus dangereux de parler de prisonniers politiques au Sénégal’’
NAFISSATOU DIALLO (SECRÉTAIRE NATIONALE À LA COMMUNICATION DU PDS) : “Des gens avaient contacté Karim Wade pour qu’il voie Amadou Ba... ”
BABACAR MBENGUE (DÉPUTE-MAIRE) : “Cette 14e législature sera une Assemblée de rupture’’
PAPA MAHAWA DIOUF (DG DE L’ASPT ET PORTE-PAROLE DE BBY) : “Le Sénégal est crédible”
AMINATA LY NDIAYE (MAGISTRATE-ÉCRIVAINE) : “Ce que je regrette...”
ITW MAMADOU AMADOU LY, ANCIEN CONSEILLER D’ABDOU DIOUF : ‘’Un président de la République ne peut pas s’occuper de tout au quotidien ; il lui faut des relais’’
PRIX FRANCOPHONE, CIGASS, COVID, VACCINATION, PALUDISME : Le professeur Daouda Ndiaye déparasite
GONCOURT 2021 AVEC ‘’LA PLUS SECRETE MEMOIRE DES HOMMES’’ : Mohamed Mbougar Sarr à livre ouvert
KHADY DJIBRIL NDIAYE, PILOTE DE LIGNE : ‘’Rien n’est impossible !’’
PR. SOULEYMANE BACHIR DIAGNE ET MODE PROSPECTIVE : ‘’La vraie urgence, c’est la jeunesse…’’