Publié le 25 May 2024 - 10:31

Matière, Ellipse et Teranga : les chevaux de Troie de Marianne……

 

En 1962, juste après la conspiration pour écarter et neutraliser le Président du Conseil et Chef du gouvernement Mamadou Dia, la France contrôlait presque 80% de l’économie du Sénégal, alors agraire et primaire…établissement de commerce, banques, assurances, port, aéroport, produits pétroliers, industries et services la métropole contrôlait et dominait, l’arrimage et la garantie du F CFA permettait un flux unidirectionnel des ex- colonies  à la France.

Après 60 ans d’indépendance le capitalisme néo – colonial qui fait main basse sur notre pays s’est consolidé voire même étendu, il est soutenu et entretenu par une élite politique et économique installée aux affaires, formée à l’école f et aux universités françaises qui pérennise la tutelle de Paris dans tous les pays de l’AOF avec Dakar et Abidjan en têtes de pont.  

Entre temps pour mieux brouiller les esprits le Conseil des Investisseurs Français au Sénégal – le fameux CIFAS-  de loin le lobby d’affaires le plus puissant du Sénégal contrôle 60 % du PIB avec la plus grande entreprise du pays Total Sénégal comme membre, s’est mué en Conseil des Investisseurs européens au Sénégal ou CIES (Conseil des Investisseurs Européens au Sénégal).   Désormais il faut travailler en rangs serrés en y allant avec les alliés au sein de l’UE. Le CIES pèse 5 fois le CNP et la CNES tous réunis…. même la CSS et Eiffage Sénégal y sont membres. Que pèse la chambre de commerce et d’industrie de Dakar devant le CIES ?

Total Sénégal avec un chiffre d’affaires de 500 milliards de FCFA, la Compagnie Sucrière Sénégalaise avec 110 milliards de Chiffre et Eiffage Sénégal dopé par les méga- chantiers du pétrole, du gaz et de l’électricité frôle 400 milliards de FCFA. Tous membres éminents du CIES. Où est le capitalisme endogène ou le patronat local.

Pour les besoins de mise en œuvre du TER et BRT, Paris est mieux et plus servi que tout le monde, les rames, locomotives, et wagons du TER et le circuit électrique, guidage et l’exploitation sont facturés à 1 milliards d’Euros avec la majorité dans les sociétés d’exploitation du train de 35 km qui revient par endettement à presque 800 milliards.

Meridiam lui avec le BRT a fourni avec notre garantie et lettre de crédit - le candidat BBY et ex ministre des finances fut trop généreux à leur endroit -  les bus et technologies d’exploitation soit 70% des recettes du BRT.

Mais aujourd’hui c’est un nouveau visage de ce capitalisme envahissant qui prend forme avec de nouveaux relais. Trois sociétés de négoce et montage financier, en effet Ellipse project, Matière S.A et Teranga Sureté’ ne sont des entreprises classiques c’est d’abord des courtiers et négociants de haut vol qui s’appuie sur la signature de nos pays, lève des fonds et lignes de crédit dans les banques françaises en Afrique ou nos états gardent leur peu d’épargne, avec la lettre de garanties de nos ministres finance les équipements et infrastructures avec souvent les entreprises chinoises turques ou marocaines. Pour contourner nos législations sur les marchés publics, il s'arrange dans un pays comme le Sénégal d’affaiblir ses institutions en y installant des DGs au mandat illimix – donc illégal -  qui trouve les pirouettes juridiques pour leur permettre d’opérer. L’essentiel est de nous narguer tout en gardant son marocain en sacrifiant l’intérêt du Sénégal.

Ainsi ce trio au Sénégal construit auto- ponts, hôpitaux et fournit technologie aéroportuaire pour au moins de 2 000 milliards par année à travers des contrats et autour de clauses que personne ne peut pénétrer même notre administration des impôts. Hormis les expatriés, ces trois entreprises n’emploient pas plus de 100 personnes et n’ont pas pignon sur rue à Dakar en tout cas.

C’est ce schéma illégal et opaque qu’Envol Immobilier avec d’ex - cadres de la banque mondiale et de l’Apix à duplique’ pour les sphères de Diamnadio. Pour leurs projets, c'est une banque burkinabè qui lève les fonds et assure le financement.

C’est donc un endettement à très haute fréquence pour nos états ou un hôpital, un autopont, un stade, un building pour l’administration ou les Nations Unies est surfacture’ à hauteur de 600 % car supportant le prêt et les services de ses prêts et bien sur les marges et profits pour eux et leurs affidés à Paris et Dakar.  Un vrai schéma de blanchiment et de transfert illicite avec bien sur la complicité de notre Banque Centrale.    

Avec ce modus – operandi notre secteur du BTP a perdu 18 000 milliards de Chiffre d’affaires et presque 750 000 postes de travail sur la période 2012 à 2024 tant français, chinois, turques, indiens, marocains, tunisiens et même ivoiriens sont venus s’arroger des parts de marché de travaux et fournitures qui revenaient de droit aux entreprises authentiquement sénégalaises avec surtout une main d’œuvre locale. C’est toujours le prétexte de l’endettement adossé à un pays tiers avec bien sûr la garantie de notre trésor public peu adamant pour les étrangers.

Ces chevaux de Troie du capitalisme rampant parisien : Elipse, Matière, et Teranga sureté dérouleront à coup sur le tapis à notre Président le 20 Juin à Paris, espérons seulement, comme à son habitude Son Excellence BDF puisse leur rétorquer que désormais les paradigmes ont changé : Senegal comes first………….

Ceux qui nous font croire que Paris s’intéresse plus à l’Angola, l'Egypte Nigeria, et Afrique du Sud etc… Elysée lui piaffe d’impatience de recevoir BDF. Nos politiciens dont cet ex- parlementaire chômeur n’ont pas le niveau pour comprendre la mutation en cours dans les relations complexes franco - africaines surtout dans ses aspects financiers et commerciaux. Si nos pays n’ont plus d'intérêt pour PARIS que le trésor français la lâche la bride monétaire et nos avoirs en or.

 

Moustapha DIAKHATE

Expert en Infrastructure et Énergie

Section: 
ÉVOLUTION ET DÉFIS DE LA SÉCURITÉ DANS NOS VILLES
Pour une protection des infrastructures hautement stratégiques au Sénégal
POUR UNE DÉMOCRATIE RENOUVELEE AU SÉNÉGAL 
CHAPITRE VI DU LIVRE DU DOYEN ALLA KANE SUR LES PROBLEMES FONCIERS
Espagne/Migration circulaire : Des Sénégalais exploités dans les champs d'Albacete.
Ousmane Sonko Mbeubeuss est-elle urgence du PROJET ?
Notes de lecture sur le livre du Professeur Makhtar Diouf : AFRIQUE : VOIES DE DEVELOPPEMENT. Surmonter les pesanteurs et… 
LETTRE OUVERTE À SON EXCELLENCE, MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, CONCERNANT LES RELATIONS ENTRE LE SÉNÉGAL ET ISRAËL
Recevoir un Ambassadeur, un acte normal, ordinaire pour toute autorité de la République
Doyen Alioune Tine, vous permettez
Monsieur le Premier Ministre, vous avez mieux à faire Nous avons besoin d’un chef de gouvernement pas d’un chef de clan ou de guerre
Faut -il criminaliser l’homosexualité ?
LA BCEAO PASSE ENCORE UNE FOIS Â COTÉ DE L'ESSENTIEL : IL URGE DE D'ORGANISER LES ASSISES DE LA MONNAIE DANS L'UEMOA
Inédit et rassurant … la CITY valide le PROJET
UN EXTRAIT DU LIVRE DU DOYEN ALLA KANE SUR LES PROBLEMES FONCIERS : « Les Problèmes fonciers au Sénégal : un imbroglio tenace Quelle solution ? »
Haute autorité de la justice
le régime  de l’APR dans une phase d’ENTROPIE
UNITÉ, CRITIQUE, UNITÉ EN NOTRE SEIN POUR CONSOLIDER ET PARACHEVER LA VICTOIRE DU POUVOIR SOUVERAINISTE AU SENEGAL
Contribution ouverte aux Assises de la justice sénégalaise
LE FINANCEMENT DE L’AGRICULTURE : UN MAILLON IMPORTANT POUR ATTEINDRE LA SECURITE ALIMENTAIRE ET CONTRIBUER A LA CREATION D’EMPLOI A TRAVERS L’ENTREPRENARIAT