Publié le 11 Jun 2024 - 19:34
MONTÉE EN PUISSANCE DU RASSEMBLEMENT NATIONAL

La ‘’peur bleue’’ des immigrés en France

 

La décision d'Emmanuel Macron de dissoudre l'Assemblée nationale suite à la percée de l'extrême droite aux élections européennes a suscité de vives réactions et inquiétudes parmi les immigrés en France. Avec la montée en puissance du Rassemblement national, de nombreux étrangers redoutent un durcissement des politiques migratoires et des conséquences néfastes pour leurs communautés.

 

Le dimanche 9 juin 2024, une annonce fracassante secouait la scène politique française : Emmanuel Macron, confronté à la percée significative du Rassemblement national (RN) aux élections européennes, décidait de dissoudre l'Assemblée nationale. Cette décision, vue par beaucoup comme un aveu de faiblesse, pourrait bouleverser non seulement le paysage politique français, mais aussi les relations de la France avec le monde, notamment en Afrique. Ainsi, beaucoup d'immigrés craignent cette montée de l'extrême droite au soir des prochaines Législatives anticipés des 30 juin et 7 juillet 2024. Le parti de Marine Le Pen apparaît désormais comme la première force politique française au soir des Européennes et pourrait se retrouver majoritaire à l’Assemblée nationale. 

La montée de l'extrême droite soulève de nombreuses questions sur l'avenir des politiques migratoires et des relations internationales. Pour les immigrés, l'incertitude est palpable. L'impact de ces bouleversements sur leur quotidien et leurs perspectives est une source de préoccupation majeure. Binta Diallo, jeune Sénégalaise vivant en France depuis cinq ans, exprime une profonde inquiétude : ‘’Ce n’est pas seulement inquiétant pour les sans-papiers, mais pour tous les immigrés et étrangers. Les conditions de délivrance des titres de séjour sont déjà difficiles sous Macron, imaginez sous le RN, ce sera pire. Je ne suis pas rassurée’’, déclare-t-elle.  Elle souligne les défis croissants auxquels font face les immigrés pour obtenir des documents légaux en France, une situation qui risque de se détériorer davantage avec l'arrivée au pouvoir du RN. 

Tagouth Mané, conseiller en communication sur la Côte d'Azur, partage cette inquiétude. Selon lui, ‘’il faut comprendre que le RN n'accepte pas l'immigration. Même ceux qui ont des papiers vont avoir des difficultés. Macron a trop imité le RN’’.  Il cite des exemples concrets, comme le durcissement des conditions pour suivre une formation en sécurité, rendant la situation plus compliquée pour les étudiants étrangers et affectant les préparatifs pour les Jeux olympiques de 2024.

Impact potentiel sur les relations franco-africaines

Pour le Dr Moussa Diaw, professeur en sciences politiques à l'université Gaston Berger de Saint-Louis, la dissolution est une erreur stratégique de Macron. ‘’Cette décision est un aveu d'échec. Il aurait pu considérer cette élection comme un avertissement et essayer de redresser la barre’’. Moussa Diaw prédit que la montée au pouvoir du RN pourrait transformer radicalement les relations entre la France et les pays africains, en particulier en matière de souveraineté et de respect mutuel. En cas de victoire de l’ex-FN aux Législatives, le professeur anticipe sur les ondes de RFI : ‘’Beaucoup plus de respect de la souveraineté des États africains, moins d'interférence dans les politiques intérieures africaines.’’

Cependant, il reste sceptique quant à l'impact global, soulignant que ‘’le RN n’est pas un parti politique comme les autres’’, en raison de son idéologie basée sur un discours de haine et de tolérance zéro envers l'immigration.

Wandé Tounkara, jeune émigré en France depuis deux ans, envisage de quitter la France, si le RN accède au pouvoir. ‘’Je pourrais rejoindre d’autres pays européens en cas de victoire du RN’’. Son témoignage illustre la peur généralisée parmi les sans-papiers qui craignent une intensification des mesures répressives et des expulsions. D'autres migrants partagent ce sentiment de désespoir. La complexité croissante des procédures administratives sous Macron, comme l'exigence de résider cinq ans en France pour suivre certaines formations, ne fait qu'exacerber les craintes d'un avenir encore plus sombre sous le RN.

Un horizon politique sombre pour les immigrés

La dissolution de l'Assemblée nationale par Macron, plutôt qu'une solution, semble avoir ouvert une boîte de pandores dont les conséquences pourraient se révéler profondes et durables, tant sur le plan national qu'international.

En attendant, les regards sont tournés vers l'avenir incertain de la politique française et les impacts potentiels sur la vie des immigrés et les relations internationales. Le RN, dans son programme, n’a jamais hésité à faire mention de sa volonté d’accélérer les reconduites à la frontière, le durcissement du droit d’asile et de regroupement familial, l’expulsion des délinquants étrangers, entre autres.

Les semaines à venir seront cruciales pour déterminer la direction que prendra la France et comment elle gérera la question sensible de l'immigration sous la menace croissante de l'extrême droite.

Amadou Camara Gueye

Section: 
ACTIVISTES GUINÉENS ARRÊTÉS
LEGISLATIVES EN FRANCE : La Pen de Bardella
Les défis de l'Alliance des États du Sahel (AES) et l'avenir de la libre circulation en Afrique de l'Ouest
CEDEAO/AES : Duel des sommets entre Abuja et les juntes militaires
Guerre à Gaza : Israël envoie une délégation à Doha pour négocier la libération des otages
Législatives en France : Fin du dépôt des candidatures, plus de 210 désistements pour éviter des triangulaires
Présidentielle en Mauritanie : Mohamed Ould Ghazouani réélu, selon les résultats provisoires officiels
FRANCE - ÉLECTIONS LÉGISLATIVES : L'extrême droite aux portes de Matignon, Macron désavoué
DES SUITES DE TORTURES : L’ancien chef de l’armée guinéenne meurt en prison
Niger: un groupe politico-militaire enlève le préfet de Bilma et exige la libération de l’ex-président Bazoum
Trois semaines de tensions intercoréennes.
BURKINA-MALI-NIGER : La répression pour masquer l’échec
Burkina Faso : « enlèvement » de l’oncle et ancien compagnon de lutte de Thomas Sankara
En devenant producteur de pétrole, « le Sénégal va avoir plus des marges de manœuvre pour transformer son économie »
AFFAIRE « AIRE GUINEE » : La Guinée lance une commission rogatoire contre Cellou Dalein Diallo
SUCCESSION DE MOUSSA FAKI À LA TÊTE DE L'UNION AFRICAINE : L'opposant kenyan Raila Odinga en pole position
Procès du massacre du 28-Septembre en Guinée : La défense de Moussa Dadis Camara tente de dédouaner l'ex-chef de la junte
France: le président Emmanuel Macron annonce la dissolution de l'Assemblée nationale
Cédéao : «On ne peut pas être dans des organisations qu'on ne contrôle pas», selon le chef de la diplomatie malienne
AFRIQUE DU SUD : L'ANC perd son hégémonie 30 ans après la fin de l'Apartheid