Publié le 10 Jun 2024 - 15:35
POURSUITES JUDICIAIRES

Ousmane Sonko menace les dirigeants de l’ancien régime

 

Hier, le Premier ministre a été très menaçant, comme lorsqu’il était opposant. Lors de sa conférence politique, Ousmane Sonko a annoncé des poursuites judiciaires à l’encontre d’anciens membres du gouvernement. Le leader de Pastef/Les patriotes entend aussi mettre un bémol à la liberté de la presse.

 

Lors de sa conférence politique, hier dimanche, le leader de Pastef/Les patriotes a tiré à boulets rouges sur l’opposition actuelle, les anciens dirigeants du pays. ‘’Nous leur avons appris l’art de gagner en ayant raison sans pour autant leur avoir permis de développer leur art de gagner sans en avoir’’, a indiqué Ousmane Sonko. Le Premier ministre, à cette rencontre dénommée ‘’Apport de la jeunesse dans le Projet’’, a annoncé des poursuites judiciaires contre des membres de l’ancien régime politique. Pardonner ? Il précise que cela ne concerne pas les faits liés aux vols de biens publics ni aux meurtres survenus lors des manifestations. ‘’Il n'est pas normal d'arrêter un manifestant et de le torturer au commissariat’’, a-t-il déclaré, soulignant que le recrutement de nervis armés pour ‘’qu’ils tuent des manifestants’’ ne fait pas partie des faits jugés pardonnables.

Le Premier ministre estime que le recrutement de voyous armés pour "tuer des manifestants" doit être condamné. De même, il prévient qu’il y aura des enquêtes sur la disparition de Fulbert Sambou, gendarme affecté à l’IGE, et de Didier Badji, sous-officier à la Direction du renseignement militaire. "L’un a été assassiné, l’autre a disparu et son corps a été jeté à la mer. Ces faits ne peuvent être effacés, sinon nous serions complices’’, a déclaré Ousmane Sonko.

Sonko prévient aussi que ceux ont été épinglés par les rapports de l’IGE et de la Cour des comptes seront poursuivis.​ ‘’​Après avoir balayé la justice (Assises de la justice) et mis en place les vrais magistrats, nous appliquerons la loi. Nous ferons ce qu’il faut faire à l’endroit de ceux qui détournent les biens publics’’, a-t-il poursuivi.

‘’Un ancien ministre (Mame Mbaye Niang) a été épinglé par un rapport. Il a nié toutes mes accusations. J’ai été convoqué au tribunal… Et le rapport a été caché. Aujourd’hui, le rapport qui m’a été caché est sur ma table", a ajouté l’ancien opposant qui avait eu plusieurs démêlés avec la justice, dont l’affaire Adji Sarr et une affaire de diffamation.

Mettre une limite à la liberté d’expression ?  

Qu’est-ce qui peut être pardonné alors ? ‘’Tout ce qui m’a été fait personnellement, moi Ousmane Sonko, est pardonné. C’est ce qu’on a dit. Étant opposant, j’ai été combattu pendant des années. J’ai été calomnié, mis en difficulté dans mon travail, brutalisé à travers des lacrymogènes. Ma vie privée a été violée. Mes voitures ont été cassées. J’ai été mis en prison. Malgré tout cela, Dieu m’a donné la victoire à travers les Sénégalais. S’ils étaient des personnes réfléchies, ils allaient reculer. Mais aujourd'hui, ils croient qu’ils peuvent continuer à insulter, à calomnier, en restant tranquillement chez eux. Le gouvernement va prendre ses responsabilités pour le retour des valeurs sénégalaises. Car le Sénégal ne connaît pas la haine’’, prévient Ousmane Sonko. Qui ajoute qu’il ne tolère pas les insultes.

Ainsi, la semaine dernière, poursuit-il, le ministre de la Justice lui a envoyé une vidéo montrant un membre de son parti qui insultait les magistrats. À l’en croire, il a répondu au ministre de la Justice de faire son travail convenablement, sans une justice de deux poids, deux mesures.

Ensuite, le président de Pastef s’en est, une nouvelle fois, pris à la presse. Voulant mettre un bémol sur la liberté d’expression, il a prévenu : ‘’Il ne sera plus toléré pour aucun journaliste ou maison de presse de donner de fausses informations sur qui que ce soit."

Exit le PSE, le nouveau référentiel de la politique publique annoncé pour septembre 2024

Revenant aux affaires de la République, le Premier ministre a critiqué le Plan Sénégal émergent de Macky Sall et annoncé que l’actuel régime s’appuiera sur un nouveau référentiel de la politique publique qui sera disponible en septembre prochain. ‘’Nous avons trouvé ici de l’électricité. Il faut que le Sénégal continue à avoir de l'électricité. C’est le principe de la continuité de l’État. À côté, il y a le Plan Sénégal émergent. Nous disons que ce plan n’est pas bon. S’il l’était, nous ne serions pas dans cette situation. Donc, nous allons nous appuyer sur un nouveau référentiel de la politique publique pour développer le Sénégal, d’ici cinq ans. Ce référentiel n’est pas importé. Donc, nous sommes différents d’eux. Il ne leur reste qu’à insulter, mais ils vont arrêter’’, a-t-il dit.

Dans la même veine, le Premier ministre a annoncé la sortie d’un document intitulé ‘’Sénégal vision 2035’’. Ce document, qui était en gestation, sera un plan d’action du gouvernement qui définit les orientations du président Bassirou Diomaye Faye. Il sera coordonné par le Premier ministre. Après ce plan d’action du gouvernement, il y aura aussi, d’après Sonko, un plan d’action que chaque ministère suivra. Il s’ensuivra des politiques sectorielles.

REACTION DE BOUGANE GUEYE DANY

‘’Tes menaces envers les journalistes, c’est pitoyable’’

 A la suite de la conférence de Ousmane Sonko, le Président du Mouvement Gueum Sa Bopp a réagi aux propos du Premier ministre et président de Pastef sur la presse.

‘’Ousmane Sonko doit comprendre que la communication de conquête repose sur des promesses, mais l’exercice du pouvoir exige des actes rapides et concrets. Les Sénégalais attendent encore la baisse des prix des denrées, l’emploi des jeunes et la relance de notre économie. Les Gorgorlous restent préoccupés par la vie chère et la quête du mouton en ces temps durs.

Quant à tes menaces envers les journalistes, c’est pitoyable. Cette presse t’a tiré des griffes de Macky Sall en mars 2021. Aujourd’hui, tu veux la liquider ? C’est peine-perdue. Les VAR continueront de te rappeler tes promesses et tes prises de position toutes oubliées au lendemain de ta victoire…

Sawaay, les priorités ne sont pas au Grand Théâtre. Reewmi dafa Diomaye, me dit-on, moytoul mou faye ci say loxo’’.

BABACAR SY SEYE

Section: 
ASSEMBLÉE NATIONALE
Fronde chez Thierno Alassane Sall
NOMINATIONS AUX POSTES DE RESPONSABILITÉ : Diomaye et Sonko prennent leur temps
Abdou Mbow interpelle Sonko sur le drame de la migration
MUTISME DES OPPOSANTS DEPUIS L'AVÈNEMENT DU DUO SONKO-DIOMAYE : Calculs et stratégies politiques dans la perspective des Législatives
EN TOURNÉE DANS DIFFÉRENTS ENDROITS DE DAKAR : Les invites et assurances de la ministre Fatou Diouf  
RECONFIGURATION DE L’OPPOSITION SÉNÉGALAISE : Vers un jeu de chaises musicales
ÉLABORATION DE 83 PROJETS DE LOI, 294 PROJETS DE DÉCRET ET 110 PROJETS D’ARRÊTÉ : Ousmane Sonko dévoile un pan de l’agenda législatif et réglementaire
TRANSPORTS TERRESTRES : BDF s’attaque au train 
DPG, SUBVENTION, PRESSION FISCALE, ATTAQUE CONTRE LA PRESSE ET LA JUSTICE… : Thierno Bocoum critique Ousmane Sonko
Thierno Alassane Sall
ANNULATION DU DÉBAT D’ORIENTATION BUDGÉTAIRE PAR LE BUREAU DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE : L’hémicycle porte le fer contre Ousmane Sonko
OPÉRATIONS DE DÉSENCOMBREMENTS ET DE DÉGUERPISSEMENTS : Sonko veut des solutions d’abord
THIÈS : Massaly démissionne de son poste de PCA de l'ONFP
Rationalisation des dépenses
DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE, DISSOLUTION DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE : La guerre des tranchées à l’ombre des législatives anticipées
DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE : Le groupe parlementaire BBY invite le PM à se “DPG”
IMBROGLIO AUTOUR DE LA DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE (DPG) : Grand oral, multiples controverses
SAMBA SY (SG DU PIT) SUR LA DPG DU PM : ‘’La vérité, c'est que le Premier ministre Ousmane Sonko n'est pas prêt’’
ESCROQUERIE PORTANT SUR PLUS DE 62 MILLIONS DE FRANCS CFA : Mamadou Talla risque 3 ans d’emprisonnement ferme